07/04/2012

Le 17 juin, rendez-vous avec Bling Bling, Souris Grise et Fiat Lux

Dans la vie, il y a les modestes et les autres, ceux qui roulent en caisse bling-bling, portent des fausses Rolex et confondent leur carte de visite avec un CV, en y collant tout ce qui peut faire prestige… C’est un peu enfantin, voire franchement vulgaire, mais bon ça impressionne ceux qui veulent bien l’être. Rassurez-vous, ce n’est pas la candidate socialiste que j’évoque ici… Elle serait plutôt du genre : « Dans la palette Néocolor, j’hésite entre marron et gris… »

Non, je pense à celui qui se décrit ainsi sur sa page Facebook : « Député et Conseiller Administratif de la Ville d'Onex, Maire en 2013-2014, à Grand Conseil de la République et Canton de Genève ». Prémonitoire, le gars, parce que pour s’annoncer Maire en 2013-2014, faut savoir lire dans le marc de café. Qui lui a révélé son destin, sous la forme d’une veste le 17 juin prochain. Avec rebelote en 2013. C’est sa page FB qui le dit !

Trêve de plaisanteries, si l’on parlait politique ? Nous avons donc trois candidats principaux. Souris Grise, Bling Bling et mon préféré, Fiat Lux le seul espoir raisonnable et raisonné pour Genève.

Souris Grise représente la gauche, appuyée par l’extrême-gauche. On va dire qu’elle ne représente pas vraiment les Verts qui, avec deux représentants au Conseil d’Etat, sont déjà bien servis. En 2013, la bataille sera féroce, que Souris Grise soit élue ou non. Car il n’y a certainement pas de place au Conseil d’Etat pour 4 représentants d’une gauche élargie minoritaire dans le canton.

Les plans de Souris Grise sont connus et consistent à accentuer politique du goulet d’étranglement qui plombe le Canton :

Construire des logements assistés pour accueillir toujours plus de plus pauvres votant pour la gauche, mais surtout pas pour les travailleurs de classe moyenne qui rêvent d’accéder à la propriété, ce qui réduirait la clientèle de l’ASLOCA. Et dissuader les riches de s’installer, voire même les faire fuir, sans se demander une seconde avec quoi l’on va payer l’aide au logement des plus pauvres.

Bloquer toujours davantage bagnoles et scooters, en refusant la Traversée du Lac, sans aucun plan d’ensemble des déplacements à l’échelle de l’agglo. Et tant pis pour la pollution qu’on génère en accumulant les bouchons parce qu’on ne cherche pas à faciliter les déplacements mais à les entraver.

Gérer la sécurité et le niveau de sévérité de la justice en fonction du nombre de places disponibles à Champ-Dollon, en traînant les pieds pour augmenter ce nombre de places. Ce qui revient à relâcher les délinquants au fur et à mesure qu’ils commettent des délits.

Réduire l’attractivité économique du canton, histoire de le ramener au niveau des réalités environnantes, à savoir la crise et la récession. Et tant pis si l’on n’a plus les moyens de payer la mutation vers les cleantechs… Ni les 10% de la population qui travaillent dans la fonction publique cantonale ou communale... Et encore moins leur caisse de pension!

Face à Souris Grise, Fiat Lux est le candidat de la raison. Il veut construire des logements pour tous et partout, en concertation avec les communes et en améliorant les axes de transports, qu’ils soient "publics" ou routiers. Son objectif est de réduire globalement et efficacement le temps de transport entre le lieu de travail et de domicile. Construire aussi des prisons et engager le personnel nécessaire (gens d’armes et administratifs) pour vider les rues de la délinquance qui plombe la qualité de vie de tous. Pour cela, il faut des ressources, soit une économie qui fonctionne et soit capable de payer ses fonctionnaires. Ce qui risque bien de devenir impossible avec une gauche majoritaire aux visées sociales, mais non durables.

Fiat Lux représente un courant de centre-droite qui rêve les Genevois responsables et lucides. Qui sait qu’une économie ouverte est une économie performante, alors qu’une économie fermée et protectionniste est une économie qui recule. Que chaque prestation a un coût et qu’il faut faire des choix, mais que si les choix sont dictés uniquement par des critères électoralistes à court terme, on court à la catastrophe. Gouverner c’est prévoir et cela implique des critères de choix à long terme, qui peuvent parfois être impopulaires à première vue.

Concrètement, par exemple, ceux qui se plaignent du boom économique du canton ces dernières années, ou de l’afflux des frontaliers, lui attribuant la paternité du chômage, oublient qu’ailleurs dans le vaste monde, les populations ont dû affronter la crise et des taux de chômage bien supérieurs. Même en Suisse, où il est structurellement inférieur, le taux de chômage a augmenté plus vite qu’à Genève ces dernières années. Et bien que les résultats du Canton soient meilleurs qu’ailleurs, d’aucuns passent leur temps à accuser le Conseil d’Etat de faillite et d’échec…

Si le Canton n’avait pas bénéficié de cette croissance, le taux de chômage serait aujourd’hui bien supérieur et la situation bien pire. Ce résultat  miraculeux, quoi qu'on en dise dans le marasme global, c'est à une majorité centriste au Conseil d’Etat qu'on le doit. Ce qu’il importe de renforcer, plutôt qu’à construire artificiellement une majorité de gauche (avec un Grand Conseil à droite) qui sera forcément statique et génératrice de nouveaux goulets. Là où il faut au contraire ouvrir et investir, dans la sécurité, le logement, les transports et les cleantechs, pour donner à Genève les moyens d’être une ville phare et stable dans un XXIème siècle qui s'annonce global et agité.

Reste Bling Bling qui n’a pas vraiment de programme, sauf d’être Khalife à la place du Khalife. En gros il veut plus de sécurité, comme Fiat Lux, mais présente un risque inadmissible de bavures et de dérapages incontrôlés, de par sa personnalité même. Il veut davantage de logements, mais à la bourrin : le MCG réclame des grands ensembles supplémentaires, comme ceux construits à la va-vite dans les années 60, ceux dont justement, plus personne ne veut aujourd’hui… Mais où le MCG fait ses meilleurs scores, l’insatisfaction y étant maximale…

Enfin il veut, comme la gauche, brosser l’électeur dans le sens du poil en votant monts et merveilles pour le résident genevois, à chaque fois qu’il s’agit d’aider l’assistance plutôt que la responsabilité. Normal, le MCG est le parti des cancres. Celui de ceux qui renoncent à arriver par le travail, dès leur scolarité, mais sont persuadés d’être en droit d’y arriver parce qu’ils ont la gueule la plus élastique ou simplement parce qu’ils habitent du bon côté de la frontière.

Faire faillite dans le monde de la finance est ainsi présenté comme normal par Bling Bling, quand on part de rien. Ce n’est pas vrai. Surtout dans la finance. Je connais des gens qui n’ont ni bac ni matu, ni fortune personnelle et qui sont aujourd’hui organisateur de festivals à succès, syndic de grosse commune, haut fonctionnaire, écrivain, dirigeant d’entreprise, producteur de film, sans avoir jamais fait faillite, dans des secteurs bien plus risqués et aléatoires que la finance. Et des tas de traders dorés sur tranche n’avaient que leur ambition en sautoir. Simplement, il ne faut pas confondre la frime et l’efficacité, le fonds de roulement avec son porte-monnaie, les frais de fonctionnement avec le luxe inutile.

C’est pourtant ce que prétend faire Bling Bling en politique : demain on rase gratis et on distribue à tour de bras, sans se préoccuper de savoir comment l’on va financer. On loue un Airbus pour épater ses clients, sans avoir de quoi le payer… Chacun a le droit de penser qu’il est plus malin que les autres. C’est même un devoir lorsqu’on a un peu d’ambition. Mais l’afficher en lumières clignotantes au-dessus de sa tête avec un klaxon 3 tons assourdissant l'auditoire en permanence, ce n’est sans doute pas le meilleur moyen de le prouver.

MsoNormal

Commentaires

Stauffer n'est pas seulement bling bling, c'est aussi un menteur. Il a prétendu à Léman Bleu que Maudet renvoyait les roms en autocar chez eux avec un pécule de 400 CHF. Ce qui est totalement faux. C'est la Croix-Rouge genevoise qui a tenté l'expérience en 2008, qui fut un échec. Maudet n'avait ni les compétences ni les budgets, ni même, dit-il l'intention.
Maudet n'a pas davantage imposé sa volonté dans une quelconque assemblée d'élus du PLR - il n'assiste d'ailleur pas au caucus des élus du GC - où toutes les discussions se déroulent de manière civile et démocratique. Aucun élu en colère n'a jamais quitté aucune assemblée contrairement aux racontards de Stauffer sur Léman Bleu. Il s'agit d'une pure affabulation d'un perdant chronique qui aimerait bien accrocher des casseroles au candidat PLR, mais malgré tous ses efforts, n'en trouve aucune.

Écrit par : Veritas | 07/04/2012

Fiat Lux ?
Post Tenebras Lux avec Fiat Lux selon votre texte, si je vous ai bien suivi jusqu'à la fin !
Est-ce raisonnable à ce stade des débats, pas encore lancé par les candidats eux-mêmes (exception faites de BlingBling) de ne pas attendre de mesurer les réalisations des uns et des autres !
Fiat Lux ne manque certainement pas d'idées "Lux" mais qu'en est-il des réalisations concrètes sur le terrain cher aux citoyens ?
Certe, je vous concède que Souris Grise et BlingBling devront aussi montrer de quel "Lux" il vont pouvoir nous gratifier si ils sont élus.
Il me semble que les attentes sont importantes et que les casseroles de grandes tailles accumulées par la famille "Lux" vont un peu ramener le débat à un niveau de "Lux" réduits, mais certainement pas "Tenebras" !
Il est vrai que restaurer la confiance des citoyens après une période "TENEBRAS" telle que celle que nous venons d'affronter représente déjà un challenge d'envergure et qu'il faudra convaincre de diminuer les prestations en "Lux" et adopter un régime moins "Lux" et absolument pas BlingBling. Partant de là, la souris grise aurait beau jeu de rester en retrait afin de ne pas être sous les "Lux" et accumuler des "Lux" pour le prochain hiver 2013 !

Écrit par : tempestlulu | 07/04/2012

Alors Philippe, on fait dans les pages roses du Larousse maintenant ?

Prémonitoire cette histoire de Bling Bling en Airbus ?

Il faut juste espérer qu'elle ne présage pas un "Vol au-dessus d'un nid de cocus" !

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 07/04/2012

Le MCG est le parti des cancres? Ceux qui pensent que l'on peut arriver sans travailler? Votre mission vous aveugle. Ce n'est pas en rabaissant l'adversaire que vous rehausserez la cote de votre "champion". Il est vrai que vous avez avec vous tous les érudits, tous ceux qui méprisent ce petit peuple inculte...il se trouve que Éric Srauffer, puisque c'est de lui que vous parlez, contrairement à notre Maire de Genève, dont je ne conteste pas les qualités, a pris des risques professionnels, contrairement à ce dernier, qui, si je ne m'abuse, a toujours reçu chaque fin de mois un salaire sur son compte. De quoi nourrir l'esprit d'entreprise. Dommage que vous m'obligez à rappeler quelques réalités: votre candidat de droite a eu un parcours professionnel en tous points conforme à un fonctionnaire de gauche. Un rat gris quoi!

Écrit par : mauro poggia | 08/04/2012

Me Poggia, je n'ai personnellement rien contre les fonctionnaires, il y en a d'excellents et aussi de moins bons. Idem pour les entrepreneurs. Et les ouvriers, les noirs, les blancs, les grands, les petits, les frontaliers ou les italiens. Cette façon de penser, qui stigmatise telle ou telle catégorie plutôt que de considérer les individus (et de les responsabiliser) me semble assez commune au MCG, ce qui ne m'étonne guère. Quant on déteste les frontaliers, on en vient assez vite à détester les fonctionnaires, puis les footballeurs noirs etc, etc, comme dirait Brecht...
La seule question qui vaille, pour un employeur, un DRH ou un électeur, c'est de savoir si le candidat devant vous est un bon, s'il a réussit ce qu'il a entrepris ou les tâches qu'on lui a confiées. Et là, concernant votre candidat, la réponse est simple: NON.
La seule chose qu'il sache faire bien, apparemment, c'est dégommer les autres, rameuter du monde, crier au scandale et frimer. Ce qui peut éventuellement faire de lui un leader populiste à succès, mais certainement pas un gestionnaire de qualité, qui plus est consensuel.
L'un des écueils de la démocratie, c'est précisément d'élire des gens pour leur charisme davantage que pour leurs capacités professionnelles. Ce qui peut faire d'énormes dégâts. Les capacités professionnelles de M. Stauffer sont donc un élément essentiel du débat et les dissimuler, comme tente de le faire le MCG, n'est pas fair play.
C'est chercher à piéger l'électeur, à lui vendre du vent, autre chose que ce qu'il croit acheter. Des méthodes condamnables en matière commerciale.
Maintenant, je ne pense pas que le MCG ne soit constitué que de cancres. Vous m'avez l'air d'avoir plutôt le profil du bon élève. Mais il se trouve que contrairement à vous, les deux seuls élus à l'exécutif qu'est parvenu à placer votre parti n'arboraient pas vraiment le profil "bon élève" durant leur scolarité.
Cela n'est pas un drame. Comme je l'ai écrit plus haut, je connais nombre d'autodidactes ayant brillament réussi leur vie professionnelle. Pas Stauffer, dont le moins qu'on puisse dire est que la politique fut pour lui une bouée de sauvetage, avant un naufrage programmé. Pourtant, ce ne fut pas faute d'avoir essayé, à de réitérées reprises. Ai-je le droit de dire que je trouve ça louche ?
Voyez-vous, moi quand je lis l'histoire de l'Airbus loué sans argent pour impressioner ses clients potentiels, cela me fait penser à ces gars qui ont cherché à vendre la Tour Eiffel, ou des actions d'un schéma de Ponzi. Un jeu de l'avion en vraie grandeur... Grandiose, non ? Sauf que cela porte un nom dans les couloirs du pouvoir judiciaire.

Écrit par : Philippe Souaille | 08/04/2012

Il faut vraiment être un peu à côté de la plaque pour pour prendre au sérieux un ... tel que Stauffer. Je n'ai toujours pas compris ce que M. Poggia est allé faire dans cette galère ! Je suis persuadé que lorsqu'il aura ouvert les yeux, M. Poggia s'en mordra les doigts. C'est dommage, car j'ai de l'estime pour le personnage.

Écrit par : Galileo | 08/04/2012

Voyez-vous M. Souaille, vous faites exactement ce que vous reprochez (à tort), au MCG de faire: des amalgames. Pour vous, le MCG est composé de cancres, de populistes, de frimeurs, etc...Et pour appuyer votre verdict, que dis-je, votre condamnation, vous affirmez que le MCG serait contre les...x, les y, et notamment frontaliers.
Vous êtes pourtant trop intelligent pour croire ce que vous dites. Vous savez que le MCG n'est pas cela, qu'il a dénoncé le premier ce que vos amis se sont empressés de dénoncer ensuite (et qu'ils n'auraient jamais dénoncé sans le MCG).
Quant à l'histoire de l'Airbus qui aurait été loué par Eric Stauffer au moyens de la société qui a fait faillite, je ne peut pas croire que vous ne soyez pas allé vérifier les inepties de l'ILLUSTRE, vous bornant à colporter des contre-vérités calomnieuses. Allez voir l'extrait du Registre du commerce de la société en question sous www.zefix.ch. Vous verrez qu'Eric Stauffer n'a jamais été administrateur de cette société, ni n'a jamais eu la signature. Il était un simple employé. Contactez ensuite M. Claude Marcet, inscrit en qualité de liquidateur de cette société, et vous apprendrez que c'est Eric Stauffer qui a mis en évidence des irrégularités et qui les a dénoncées...Vous êtes journaliste? Faites votre métier plutôt que de reprocher aux autres de mal faire le leur.
Pour le surplus, il est vrai que le PLR a démontré ces dernières années sa perspicacité à mettre les bonnes personnes aux bonnes places. C'est d'ailleurs pour cela que l'on se trouve à devoir faire une élection partielle. Il y a vraiment de quoi donner des leçons aux autres, assurément.

Écrit par : mauro poggia | 08/04/2012

peut-etre pourriez-vous publier mon message AVANT de préparer votre réponse. ce serait plus fair-play. merci. celui-ci vous est réservé.

Écrit par : mauro poggia | 08/04/2012

Me Poggia, vous m'avez envoyé votre commentaire à 8h du soir un dimanche de Pâques. Il se trouve qu'à cette heure là, je dînais, que j'ai ensuite été chercher mon fils qui rentrait d'un match de football américain, puis que j'ai regardé un film à la télé, et qu'ensuite je me suis mis au lit... Tout cela, imaginez-vous, sans allumer mon ordinateur une seule fois, jusqu'à ce matin lundi de Pâques. C'est dingue, non ?
Bref, ma réponse est toute fraîche du jour et spontanée:
votre mauvaise foi peut éventuellement faire illusion dans un prétoire, mais sur mon blog, elle fait mal aux yeux. Oser prétendre que le MCG n'est pas contre les frontaliers, tout de même, Me Poggia un peu de sérieux ! C'est ennuyeux, voyez vous parce que cela décrédibilise tout ce que vous pouvez avancer par la suite. Citer Claude Marcet en défense d'Eric Stauffer, par exemple. Un personnage haut en couleurs, à priori, et exclu de l'UDC pour cette raison !
Savoir si Stauffer était patron ou simple employé de l'entreprise en question n'est pas pertinent quand à l'histoire de l'Airbus et semble surtout destiné à noyer l'avion...
Des tas de vendeurs employés usent de stratagèmes divers et variés pour augmenter leurs ventes... Le fait d'être employés ne rend pas ces stratagèmes plus honorables. De plus, demeurer simple employé d'une société dont on n'a pas la signature peut, dans certains cas, permettre d'échapper au fisc, aux poursuites (lorsqu'on a des dettes) ou qu'on doit se refaire après des faillites. Bref, cela ne prouve pas grand chose.
Attention je ne dis pas que Stauffer a loué l'avion contre l'avis de son boss ou que ce dernier était son homme de paille. Je ne dis pas non plus qu'après coup, sentant venir l'orage, il s'est tiré des flûtes en balançant ses ex-associés. Tout cela, ce sont des choses qu'on voit dans les films, plus rarement dans la réalité, mais enfin, en pratique, cela peut arriver. Et cela ne nous dit toujours pas qui a eu l'idée de louer l'Airbus sans avoir de quoi le payer...
Wikipedia est un peu plus explicite sur cette période. Je cite:
"Sur le plan professionnel, Éric Stauffer a déclaré à la presse être « arrivé au top » dans tout ce qu'il a fait. Les sociétés dans lesquelles il s'est investi ont cependant connu quelques déboires : UFIP Union Financière Privée SA, dont il est administrateur, est ainsi déclarée en faillite le 25 avril 1997 ; Erton Assets Management SA, dont il est président du conseil d'administration, est également déclarée en faillite le 22 octobre 2001 ; Cipka SA, dont il est vice-président du conseil d'administration, est déclarée en faillite le 8 septembre 2003. En 2000, il est embauché par la société Investraders SA ; celle-ci est finalement placée en liquidation forcée par la commission fédérale des banques le 23 octobre 2003 puis déclarée en faillite le 6 novembre pour son activité illégale, tout comme sa société écran du Delaware. Dans le cadre de la procédure pénale qui s'ensuit, Stauffer est placé en détention préventive durant 21 jours. L'affaire sera finalement classée en opportunité".
Je relève pour ma part deux choses:
1) c'est la Commission fédérale des banques qui a obtenu la liquidation forcée. Pas E. Stauffer. Ou bien ?
2) Un "classement en opportunité" ne signifie pas innocence, mais au contraire qu'il existe à priori matière à poursuivre, mais que pour différentes raisons, qui vont du caractère bénin des griefs retenus à l'encombrement des prétoires en passant par l'humeur du procureur, ce dernier décide de ne pas aller plus loin.
Dans certains cas, cela peut traduire une forme d'accord officieux, considérant par exemple que l'accusé a déjà effectué quelques jours de prison, qu'il a donc été puni, mais qu'en classant, on évite au contribuable les frais d'un procès, l'accusé échappant lui à une condamnation officielle et donc au casier judiciaire. Ce qui peut lui permettre de reprendre des activités, de rembourser ses dettes, etc... Cette forme d'accord officieux implique évidemment que l'accusé ne se rebiffe pas après coup et accepte la durée de sa préventive au lieu de chercher à exiger des dédommagements de l'Etat, pour un séjour en prison qu'il estimerait abusif.
Pour le contribuable comme pour l'accusé (voir pour les plaignants, si remboursement des dettes il y a), c'est gagnant-gagnant. A condition que l'accusé ne se mette pas en tête de devenir, au hasard, patron de la FINMA. Ou Procureur de la Confédération. Ou Ministre de la police. Parce que là, ça risque de ressortir.
Pour conclure, et puisque vous abordez le cas du PLR, il a pu y avoir, par le passé des erreurs de casting. On peut en discuter, mais admettons. Pensez-vous que cela soit une bonne raison pour en commettre d'autres, en pire ? Je dirais même plus, à un point rarement égalé, où que ce soit dans le monde à ma connaissance ?

Écrit par : Philippe Souaille | 09/04/2012

@Ph. Souaille

Vous êtes le meilleur agent électoral d'Eric Stauffer. Encore un effort et vous allez achever la candidature de Pierre Maudet. En effet, vous démontrez, à l'instar du député PLR Pierre Weiss, que vous, le PLR, perdez les pédales.

Vos considérations fondées sur une simple référence à Wikipedia, qui ne comporte aucune référence, sont illicitement diffamatoires. Vous n'avez aucune raison sérieuse de penser que ce qui est (ou était) écrit sur Wikipedia est vrai.

Mais il est vrai que dans votre article vous avez insinué qu'Eric Stauffer portait une fausse Rolex (ce qui, bien que de meilleur goût que d'en porter une vraie, est blâmable) et que le même Eric Stauffer confondait son argent de poche et les fonds d'une société.

@ Mauro Poggia

La décision d'exclusion des commissions prise par le Grand Conseil est-elle d'ores et déjà (illicitement) exécutée ?

Écrit par : CEDH | 09/04/2012

CEDH, laissons les électeurs décider le 17 juin de qui est le meilleur agent électoral, vous voulez bien? J'ai une excellente raison de penser que ce texte de Wikipedia est vrai, c'est que ce qui y est mentionné y est inscrit et consultable par tous depuis des années. Référence en a été faite à de multiples reprises sur les commentaires de la Tribune.
Connaissant la propension de M. Stauffer et de ses avocats à saisir la justice tous azimuths, je pars du principe que si tout cela est toujours sur Wikipedia (où il est extrêmement simple de faire corriger une note), à l'heure où j'ai écris ces commentaires, c'est que cela doit être vrai. Mais peut-être que plutôt que de nous montrer un certificat de bonne vie et moeurs qui ne prouve rien, M. Stauffer est-il en mesure de nous démontrer qu'il n'a pas fait 21 jours de préventive dans l'affaire Investraders SA et que l'affaire n'a pas été classée en opportunité ?
Nous ne sommes pas là dans un cas habituel de protection de la sphère privée, mais dans la situation bien précise d'une personne visant l'élection aux plus hautes responsabilités de la République. D'une personne qui de plus a bâti toute sa carrière politique sur des exigences de vérité et de transparence. Sauf pour son élection, apparemment !
Je crois en la démocratie. Si le peuple décide d'élire Eric Stauffer en connaissance de cause, libre à lui. Je serai le premier à reconnaître son élection. Léon Nicole fut ainsi élu malgré sa condamnation pour l'organisation d'une manifestation réprimée dans le sang par la troupe en 1934.
Mais Léon Nicole avait joué franc jeu. Les faits étaient connus. Pour que cette élection puisse avoir lieu de manière ouverte et sans tromperie de l'électeur sur la marchandise, il ne faut pas chercher à dissimuler ses antécédents. Je suis certain que votre candidat en conviendra s'il est honnête.
Que l'on sache enfin s'il est vrai que trois sociétés dont il a été administrateur ont fait faillite et qu'employé dans une 4ème entreprise rayé de la carte par la commission fédérale des banques, il a fait 21 jours de préventive sans exiger par la suite de dommages et intérêts...
Tout cela parce qu'il était pauvre... Si tous les pauvres qui s'en sortent devaient pour y arriver passer par Champ-Dollon, ils seraient des milliers en prison...

Écrit par : Philippe Souaille | 09/04/2012

Briand, désolé, j'ai effacé par mégarde votre commentaire qui me semblait intéressant, mais qui était entre 3 commentaires identiques de CEDH, qui visiblement perd son calme dans cette affaire. Si vous voulez le renoyer, merci d'avance.

Écrit par : Philippe Souaille | 09/04/2012

Les étranges relations de Monsieur Poggia avec son mouvement perpétuel:
Monsieur Rappaz " MCG"a été sanctionné par le bureau du Grand Conseil de quatre mois d’interdiction de commissions pour avoir confondu litige privé et public dans une affaire de finances , cette sanction a dans un premier temps été aggravée par le MCG d'une autre période de 4 mois sauf erreur: puis soudain revirement Monsieur Poggia dénonce de manière véhémente cette condamnation .
Le MCG et l'UDC signent un accord "historique" ce qui permettrait à Monsieur Poggia de siéger aux chambres fédérales dans le groupe UDC , et ainsi de lui permettre de participer aux travaux en commission , véritable atelier de travail pour quiconque souhaite un minimum d'efficacité hors de la théâtralité des plénières.
Résultat refus de Monsieur Poggia , dés lors on peut légitimement se poser la question de savoir si ce leader occupe une place particulière ad personam hors du canal hystérique ,islamophobie xénophobie etc.? de la droite de la droite dans ce paysage singulier.
Une forme condensée de ce billet a été censurée par l'intéressé.

Écrit par : briand | 09/04/2012

@ Ph. Souaille

1. La mention

"L'affaire sera finalement classée en opportunité.", qui figurait sur Wikipedia avait fort opportunément été ajoutée le 28 février 2012.

C'est dire que votre argument selon lequel

"J'ai une excellente raison de penser que ce texte de Wikipedia est vrai, c'est que ce qui y est mentionné y est inscrit et consultable par tous depuis des années."

tombe à faux.

Se fier à Wikipedia est déjà assez douteux pour un journaliste, mais alors le faire sans parcourir l'historique de Wikipedia est parfaitement nul.


2. Stauffer n'est pas mon candidat. Je n'ai jamais dis que je soutenais Stauffer. J'ai dit qu'au vu du comportement de certains, dont vous-même et Pierre Weiss, la candidature de Stauffer était à mes yeux devenue recevable et que j'examinerai s'il obtiendrait mon suffrage. C'est tout. D'ailleurs, vous savez que je ne partage pas nombres d'idées du MCG.

3. L'avantage est que Stauffer ne peut plus faire l'objet de chantage vu que tout est public. Dès lors n'est-il pas temps de déballer tout ce qui peut donner lieu à chantage, que cela soit blâmable ou non, s'agissant des autres candidats et des Conseillers d'Etat en place ? A mon avis, cela pourrait fort bien arriver en temps utile (sans moi) et ne va pas ravir le PLR, qui pourtant l'aura bien cherché.

4. Vous avez écrit à Briand "si vous voulez le RENOYEZ, merci d'avance." Votre inconscient ne manque pas d'humour. Désolé pour mes maladresses informatiques.

Écrit par : CEDH | 09/04/2012

1) Vous pinaillez CEDH. Hormis la qualification du classement, tout le reste, les faillites et es 3 semaines de prison y figurent depuis fin 2009, soit 2 ans 1/2... Les émules de Stauffer ayant eu tout loisir de rectifier, ce qu'ils ne se sont pas gênés de faire pour des détails qui leur déplaisaient.
Il peut y avoir des choses fausses, sur Wikipedia, c'est certain, mais le processus d'autocorrection est assez au point, me semble-t-il, surtout sur les sujets polémiques et public et ma foi, Eric Stauffer en est un.
2) Ravi de voir que tout compte fait, vous ne vous êtes pas encore décidé(e). J'avais franchement cru comprendre le contraire. Mais tout de même vous avouerez qu'un pedigree pareil, pour viser le Conseil d'Etat, faut oser, non ?
3) Bof, le chantage... Il faut d'abord avoir quelque chose à cacher. Ce que je ne crois pas être le cas des CE actuellement en place. Ou bien ? Insinuez des choses comme vous le faites, lorsqu'il n'y a rien, c'est vraiment dégueulasse...
Dans mon parti en tout cas, le PLR, les gens doivent informer sur leurs casseroles potentielles avant d'être choisis comme candidats à quoi que ce soit. Et si casserole il y a, ils ne sont pas présentés. Cela n'est pas une garantie sur l'avenir, mais cela me parait une saine précaution.
Qui a poussé à la création du MCG puisque trois élus de ce parti à ma connaissance l'ont apparemment rejoint parce qu'ils étaient barrés dans leurs anciens partis ou même qu'ils en avaient été exclus, à la suite d'opérations financières douteuses ou de comportements racistes. Je me demande bien comment ces gens peuvent cohabiter avec les gendarmes...

Écrit par : philippesouaille | 09/04/2012

1. Classer faute d'éléments à charge suffisants et classer en opportunité, cela est fort différent. Vous même avez explicité les motifs du classement en opportunité. Vous en avez donc parfaitement conscience. En alléguant le classement en opportunité, vous avez écarté le fait qu'il n'existait pas de charges suffisantes contre Stauffer, insinuant, par là, qu'il était coupable.

2. Stauffer ne m'enthousiasme pas. Car cette homme, parfaitement honnête, a une forte propension à prendre des risques inconsidérés.

Les autres ne m'enthousiasment pas. En plus, vous dites que l'on sait tout de votre champion Pierre Maudet depuis l'âge de 17 ans. Moi je n'en sais rien. Dites nous donc tout. On aimerait mieux le connaître votre candidat.

3. Chantage. Quel chantage ? Je dis simplement que le mimétisme est tel que ce qui est caché et susceptible de provoquer un chantage nuisible à la République, que ce qui est caché soit honorable ou ne le soit pas, ressortira. Je n'insinue donc rien. Je me contente de faire référence implicite à René Girard. Et d'ailleurs, quand bien même j'aurais insinué qu'il y avait quelque chose d'honorable qui ressortira du fait de certains -dont je m'exclus-, cela n'aurait rien de dégueulasse.

Écrit par : CEDH | 09/04/2012

CEDH, c'est vous qui m'avez mis la puce à l'oreille sur ce que pouvait signifier un "classement" par un de vos commentaires il y a quelques jours. Donc, je me suis renseigné. Mais le fond de l'affaire est ailleurs à mes yeux. Passer 21 jours en prison et ne pas faire d'esclandre en sortant, lorsqu'on est de caractère remuant et procédurier, cela semble indiquer qu'on est content de s'en sortir à si bon compte. Et cela ne regarde que l'individu en question tant que l'on ne brigue pas les plus hautes fonctions de la République.
Je note cependant que ce "détail" semble vous avoir fait changer d'avis quant à votre vote probable, j'en suis heureux. Je laisse cependant à Pierre Maudet le soin de faire sa pub, n'étant pas payé pour. Ceci dit, son CV est sur Wikipedia et aussi sur son blog perso. Il n'a rien à cacher à ma connaissance.

Écrit par : Philippe Souaille | 09/04/2012

CEDH, si je vous ai bien compris, vous avez posté vos questions sur le blog de Pierre Maudet. C'est très bien. Il lui revient de vous répondre. Quant à mon blog, il n'est pas votre terrain de jeux, mais le mien. Si vous voulez publiez vos questions aux candidats, ce qui serait une excellente idée, ouvrez votre propre blog.
Meilleurs messages et excellente semaine.

Écrit par : Philippe Souaille | 09/04/2012

J'apprécie que vous me qualifiez de mauvaise foi Monsieur Souaille. Il est vrai qu'en ce domaine vous êtes spécialiste.
Facile de salir autrui depuis son clavier, impunément. Quand aurez-vous le courage de venir débattre ouvertement?

Écrit par : mauro poggia | 09/04/2012

Vous me faites trop d'honneur, Me Poggia. Je ne suis candidat à rien et me contente d'exprimer mes pensées du mieux que je peux. Par écrit, car on s'accorde à m'y reconnaître quelque talent. Il faut de tout pour faire un monde: des avocats, des tribuns populistes et des écrivains entre autres.
L'art oratoire n'étant pas le mien (quoiqu'en polèmique, je suis loin d'être un manche), pourquoi voudriez-vous que je vienne sur votre terrain (outre que l'on ne m'y invite pas) ? Serait-ce une sorte de jugement de dieu ? Est-ce que je vous demande, moi, de nous affronter en duel sur un air de jitterbug ou de rumba congolaise ?
La parole s'envole, les écrits restent. Ce que je retiens de votre défi, c'est que quelque part vous reconnaissez votre défaite, prémonitrice de celle de votre candidat. Ce qui me réjouit fort en cette fin de week-end pascal. Les Lumières vont triompher de l'Empire des Ténèbres. Pour le reste, j'ai énormément de travail et ne modérerait pas ce blog de la semaine. Inutile donc d'y répondre. Merci de votre participation éclairante à mon oeuvre salvatrice...

Écrit par : Philippe Souaille | 10/04/2012

M. Souaille

dans un de vos messages réducteurs vous faites au passage un commentaire sur notre ancien maire de Vernier en le qualifiant je vous cite "les deux seuls élus à l'exécutif qu'est parvenu à placer votre parti n'arboraient pas vraiment le profil "bon élève" durant leur scolarité"

Ah bon !notre ancien Maire de Vernier a durant sa législature développé les activités sportives (volely-ball - uni hockey - natation synchronisée - divers sprots martiaux - criket etc..) et ces infrastructures (cela n'avait pas été fait depuis 15 ans - deux nouveaux terrains de football - une hall de badmington - rénovation du terrain de football d'Aïre le Lignon etc...)
il a apporté une vrai politique cutlurelle innovante à Vernier, plus visible, plus attractive, plus dynamique, plus abordable pour la population
il a développé le service de la promotion économique à Vernier qui était inexistant
il a revalorisé le service des finances afin de faire en sorte que pendant 3 ans, la ville de Vernier puisse avoir un boni et un boni historique en 2010.
il a développé bien d'autres projets et apporté un dynamisme hors du commun à Vernier - tous cela en étant SEUL - sans majorité à l'exécutif et encore moins au délibératif - Il a fait passer ses proejts
Par ailleurs son bilan politique n'a JAMAIS été attaqué ou critiqué car il est tout simplement exemplaire
Aujourd'hui que se passe t il à Vernier .....RIEN - Néant - aucun projet - aucune idée - mais c'est vrai - ils ont un exécutif collégial..... et la population de Vernier vit toujours avec le taux de chômage le plus élevé, le taux de précarité le plus élevé, le taux d'insécurité le plus élevé, etc.....

Écrit par : JC MAHE | 10/04/2012

@JC Mahé

Ben au moins, ils ont du monde pour occupé les nouvelles installations sportives... ;o)

Écrit par : lefredo | 10/04/2012

En parallèle à une recherche me concernant sur la toile, je prends connaissance, par hasard, des curieux propos que vous tenez me concernant.
.
Ainsi donc, à vous lire, si quelqu’un se réfère à ma personne (personnage haut en couleurs !, cela veut dire quoi exactement ?)les propos qu’il tient, ici Me Mauro Poggia, peuvent être considérés comme décridibilisants “C'est ennuyeux, voyez vous parce que cela décrédibilise tout ce que vous pouvez avancer par la suite. Citer Claude Marcet en défense d'Eric Stauffer, par exemple. Un personnage haut en couleurs, à priori, et exclu de l'UDC pour cette raison !”
.
Je pourrais tenir les même propos à votre égard, puisque lorsque vous prétendez que j’ai été exclu de l’UDC vous faites une très grossière erreur (erreur volontaire ?), car c’est moi qui ai démissionné de l’UDC (LSI du 15 octobre 2007) suite à des propos mensongers tenus à mon égard par un membre de l’UDC lors d’une séance du Grand Conseil, propos mensongers complétés ultérieurement par des “curiosités” tenues à mon égard dans les médias par des membres de l’UDC (preuves à l’appui si nécessaire, preuves que vous pouvez aisément vous procurer puisqu’elles ont été envoyées à tous les députés et vous seriez étonné du nombre de messages de félicitations que j’ai reçus - oraux et écrits et venant de tous les horizons politiques - suite à ma décision).
.
Il est vrai, ceci expliquant peut-être cela, à vous lire de temps à autre sur la toile, que vous pilotez parfois votre avion quelque peu à basse altitude lorsque vous voulez vous en prendre à quelqu’un, notamment à ceux qui ne vont pas dans le sens de vos objectifs/intérêts politiques. En politique s’attaquer à la personne plutôt qu’aux idées/concepts/principes/objectifs politiques de ladite personne n’est pas normal, mais c’est malheureusement devenu une mode et je constate que vous la suivez.

Écrit par : Claude Marcet | 16/04/2012

M. Marcet, dont acte pour ce qui concerne votre démission plutôt que votre exclusion de l'UDC. On dira donc que vous avez été activement poussé vers la sortie (ou victime de mobing, cochez la case qu'il vous plaira) et que vous avez eu le courage de prendre les dispositions qui s'imposaient.
Concernant la distinction que vous faites entre le programme et la personne en politique, en revanche, je ne vous suis pas du tout. Certes cela serait commode pour vous autres proches d'Eric Stauffer, de parvenir à faire oublier sa personnalité, mais il se trouve que l'on élit des individus, pas des partis ou des programmes. Et que l'individu compte, énormément même. C'est d'ailleurs ce qui fait le succès de Stauffer auprès d'une partie de la population fort heureusement minoritaire: sa personnalité.
Lorsqu'une entreprise recrute un cadre quelconque, on scrute certes ses idées mais aussi et surtout la personne. Car c'est la personne qui va être chargée de mettre en place les idées, et c'est donc essentiel. Car nous ne sommes pas interchangeables. C'est d'ailleurs le talon d'Achille de Sarkozy, dont la politique fut loin d'être si mauvaise que cela, au beau milieu d'une crise mondiale de grande amplitude, mais dont la personnalité et les méthodes sont exécrables et le font donc logiquement exécrer.
Pour ce qui est d'une personnalité "haute en couleurs", il se trouve que si j'en crois Wikipedia, c'est le qualificatif employé à votre égard par le secrétaire général de l'UDC de l'époque. Ne vous connaissant pas, je ne me prononcerai pas.

Écrit par : Philippe Souaille | 16/04/2012

Ainsi donc vous ne me connaissez pas, mais il était pourtant normal pour vous de dire que c’était décrédibilisant pour Me Mauro Poggia de faire référence à ma personne.
.
C’est l’illustration parfaite de ce qu’à quoi je m’oppose en matière de politique (ou autres situations de caractère identique) lorsqu’on s’en prend, sans contrôle préalable, à la personne plutôt qu’à ses idées et concepts en se basant principalement/uniquement sur des on-dit, rumeurs, propos et faits non avérés. En ce qui concerne le personnage que vous citez comme étant la source de vos propos, je lui ai rappelé une citation de Balzac sur la bêtise dans ma lettre de démission.
.
Finalement, à l’opposé de ce que vous croyez être ma position dans vos derniers propos, je ne suis bien évidemment pas contre que l’on présente le profil personnel complet d’un candidat, bien au contraire, mais cette présentation doit se faire en ne répertoriant que la formation, l’expérience, les qualités et fautes/défauts avérés (je dis bien avérés), soit les points positifs et négatifs d’un candidat en relation avec le poste qu’il entend repourvoir pour permettre à l’électeur de faire un choix en toute connaissance de cause. Je m’oppose fermement, par contre, comme dit plus haut, à la mode actuelle du dénigrement d’un candidat, méthode qui veut que l’on ne reprenne uniquement que ses points négatifs, même s’ils ne sont pas avérés, voire même, méthode choisie par certains opposants à un candidat qui dérange, en grossissant lesdits points négatifs de manière fortement exagérée (en créant même parfois des tares de toutes pièces) si cela peut servir les objectifs politiques des auteurs de ce que je considère personnellement être des malversations intellectuelles.

Écrit par : Claude Marcet | 17/04/2012

M. Marcet, je ne vous connais pas personnellement, mais je vous connais un peu tout de même, ayant lu vos divers faits d'armes dans la presse genevoise à intervalles réguliers, notamment dans GHI... Par ailleurs, nous avons des "amis" communs. Je connais un peu mieux votre accusateur, M. Bertinat, soyons clair, avec qui j'ai certes des désaccords de fond d'ordre moral et politique, mais envers qui j'éprouve un profond respect pour ce qui me semble être une forme de rectitude morale que j'apprécie. C'est un homme très à droite, mais c'est un homme droit, me semble-t-il. J'ai donc une certaine confiance en son jugement. Nettement plus, sans conteste, que dans celui du candidat dont vous semblez vous porter garant, d'après Me Poggia.
J'ai du mal à comprendre votre rencontre avec cet individu, à l'égard duquel j'éprouve une méfiance profonde. Est-ce une amitié née de discussions de comptoir, de la fascination pour "l'homme d'action " (encore s'agit-il de savoir de quel type d'actions...), pour le charisme animal du bonhomme, ou tout simplement que vos dénonciations obstinées - presque pathologiques - de ce que vous considérez être des disfonctionnements graves du système (alors que ce ne sont que des épiphénomènes sans importance sur le fond, en regard des vrais problèmes) ont trouvé, grâce à ce tribun, un écho que vous n'espériez plus... Et que du coup, vous êtes prêts à passer sur ses travers divers ? A moins, pire encore, que vous professiez le même goût pour un protectionnisme genevois d'un autre temps ?
Sur le fond de votre diatribe, votre champion a bâti toute sa carrière politique sur la dénonciation de tout et de rien, la haine du voisin et l'appel aux simplifications excessives. Il a clairement été le loup introduit dans la bergerie ronrronante de la politique piogrienne. Je vous trouve particulièrement mal venu, vous son défenseur, de vouloir réclamer aujourd'hui à son égard un retour au moralisme de la vie politique. Je ne fais que lui rendre un tout petit peu de la monnaie de sa pièce.

Écrit par : Philippe Souaille | 17/04/2012

La lecture de votre dernier texte n’appelle aucun commentaire de ma part, car je constate que nous vivons dans deux mondes différents (je parle de généralités alors vous continuez à parler d'un cas précis qui hante votre esprit) et ceci met donc un terme, en ce qui me concerne, à tout contact avec vous.

Écrit par : Claude Marcet | 17/04/2012

Les commentaires sont fermés.