17/04/2012

Sarkozy va perdre. Et la France avec lui ?

Bayrou l’a fort bien dit : "humainement, je me sens plus proche de Hollande, mais sur le plan du programme, je suis plus proche de Sarkozy". En cela, comme en bien d’autres choses, il représente tous ceux qui en France, comprennent assez bien l’économie et les contingences internationales pour voir le danger d’une politique de gauche : contraindre encore davantage l’initiative individuelle et l’entreprise. Tous ceux qui pourtant ne se reconnaissent pas dans une personnalité qui ne s’intéresse vraiment qu’à son propre destin, se rappelant des gens juste avant l’élection.

D'une personnalité que l'on suppose capable du pire: qui croit le Président lorsqu'il affirme ne pas avoir été au courant de l'affaire du Carlton de Lille, dans laquelle son principal rival politique se retrouve accusé de proxénétisme pour avoir partouzé avec des prostituées ? Affaire suivie par la police depuis années, mais qui arrive à maturité, comme par hasard, pile au moment où le gars aurait du être le candidat en campagne de l'opposition ? Qui le croit vraiment lorsqu'il dément tout financement occulte de sa campagne de 2007, même et en particulier par des fonds Bettencourt ? Et le pire, sans doute, c'est qu'une bonne partie de la population s'est posé la question de savoir si l'affaire Merrah n'était pas un coup monté. Que tous ces gens pensent la chose possible - faire tuer des gens pour des motifs électoraux - dénote assez la piètre opinion que l'on a en France aujourd'hui du pouvoir...

C'est pourquoi il est fondamental d'élire des gens sur lesquels aucune ombre ne plâne. Car le pouvoir corrompt et offre la possibilité de dissimuler cette corruption. Alors autant ne pas tenter le diable, même s'il peut être séduisant. La personnalité, c'est fondamental en politique. C’est sa personnalité qui a fait gagner Sarkozy en 2007, face à une Ségolène dont la voix hérissait bien des électeurs pourtant séduits, à priori, par l’idée de propulser une femme à la tête de la République. Et c’est sa personnalité qui fera perdre Sarkozy le 6 mai.

Sa personnalité, ou du moins certains aspects de celle-ci, car comme beaucoup d’entre nous, il est loin d’être univoque. Lors de ce voyage en Guyane où il confesse aux journalistes craindre de perdre, il était probablement sincère. Et très certainement lucide sur ses chances réelles de l’emporter : à peu près nulles. Il aurait dû, à ce moment, pour la France, se retirer et laisser la place à un autre champion, Juppé, Fillon, ou mieux encore Bayrou, qui aurait volontiers pris Juppé comme premier Ministre. Ou réciproquement. Mais il a préféré la griserie du combat, et l’espoir fou de s’en sortir par la grande porte, misant sur la prime au sortant et la machine de guerre UMP.

Machine de guerre à deux doigts d’imploser, comme c’est déjà le cas en Haute-Savoie et dans les départements où le centre, historiquement, n’avait adhéré que contre ses convictions profondes. Les méthodes employées pour mettre l’UMP en ordre de bataille ont été contre-productives : pressions, délations, combines, désignation de candidats sans consultation des militants, l’UMP est aujourd’hui à l‘agonie et a toutes les chances d’éclater après la défaite annoncée des législatives.

Pour la région, plus exactement l’agglomération du Genevois, du GrandGenève ou de Genèveagglo, la victoire socialiste ne sera pas une catastrophe. Plusieurs des poids lourds de France voisine sont à gauche et Jean-Jack Queyranne, très favorable à l’agglo, en position de ministrable. Cela pourrait permettre de faire avancer le dossier d’une assemblée régionale, qui dépend du bon vouloir de Paris, au moins autant que de Berne. Or il est évident qu’une telle assemblée serait une forme de vassalisation du territoire français à son centre helvétique, pour le meilleur d’ailleurs, probablement, pour ce qui concerne l’avenir du-dit territoire français.

Une telle assemblée ne résoudrait cependant pas tous les problèmes et de loin. L’avantage économique évident du genevois suisse sur le genevois français, c’est d’abord et surtout la législation du travail et le poids des charges sociales, bien plus favorables à l’entreprise – et donc à l’emploi et in fine au travailleur - en Suisse qu’en France. C’est un fait difficilement contestable, mais c’est un fait très difficile à admettre pour un socialiste. Le récent accord franco-suisse autour de l’aéroport de Bâle-Mulhouse peut créer un précédent salutaire pour une grande partie du genevois français.

La gauche responsable voudra-t-elle, ou plutôt osera-t-elle en faire une forme de test grandeur nature, transposable éventuellement, en cas de succès manifeste à l’ensemble de l’Hexagone ? On peut en douter, et c’est bien dommage. Car cela remet en cause trop de fondamentaux de l’état providence, malgré la preuve du contraire qui leur est administrée tous les jours, sous leurs yeux par les flux frontaliers.

C’est pourquoi il est fondamental que soient élus, aux législatives, pour défendre la région, des gens qui en comprennent les enjeux et sauront défendre ses intérêts. Je veux citer Claude Deffaugt sur Annemasse Saint-Julien, Valleiry, Marie-Françoise de Tassigny en Suisse, Etienne Blanc dans le Pays de Gex…

Commentaires

"Et c’est sa personnalité qui fera perdre Sarkozy le 6 mai."

Bienvenue au club. Cela fait seulement depuis octobre que j'affirme que François Hollande sera la prochain président de la RF. Dans moins de 3 semaines maintenant.

Autrement vous avez tout faut sur les raisons de sa prochaine défaite. C'est sa politique - ignoble - pendant 5 ans qui le fait perdre.

Quand on s'est mis à dos l'école, l'hôpital, le tribunal, le commissariat, quand le nombre de chômeurs et le montant de la dette souveraine ont atteint des sommets inégalés, il est plus que temps qu'il dégage.


"au moment où le gars aurait du être le candidat en campagne de l'opposition ?"

Faux. Propagande des mondialistes. François Hollande aurait battu dsq lors de la primaire, d'où les menaces directes d'icelui (il est politiquement mort s'il maintient sa candidature à la primaire) contre le maintenant futur Président.

Écrit par : Johann | 17/04/2012

Les commentaires sont fermés.