07/05/2013

Le Jaune et le Noir, en attendant le CEVA

Tidiane N'Diaye, statisticien de formation, est peut-être bien le plus rigoureux des historiens africains d'aujourd'hui. Parce qu'il fait un travail sans complaisance, cherchant l'objectivité avant tout, à cent lieues d'une attitude communautariste. Sans la moindre faiblesse à l'égard de l'ancien colon, il n'hésite jamais à dire les torts de chacun, là où ils sont, blancs, noirs ou jaunes... Ce qui le fait détester des idéologues monomaniaques.

Ses travaux sont multipes et font autorité. Sur la traite islamique,  souvent occultée en France parce qu'il serait politiquement incorrect d'en parler... Curieuse reconstruction de l'histoire qui prétend réserver l'exclusivité du rôle du méchant à l'occidental blanc...

Sur l'origine et l'histoire mystérieuse des falashas

Sur la conquête de l'espace sud-africain, à la même époque, par les bantous descendant du Nord et par les boers remontant du Sud, relèguant les peuples premiers boshimans à la portion congrue...


Son dernier ouvrage sort officiellement en librairie aujourd'hui. Il dresse l'historique des contacts entre la Chine et l'Afrique, depuis le très ancien royaume du Grand Zimbabwe, qui collectionnait déjà les bols chinois à l'époque de nos croisades, bâtissant en pierre des villes de plus de 20 000 habitants. Plus peuplée que Genève, capitale du deuxième royaume de Bourgogne à cette époque ! 

Tidiane N'Diaye examine à la loupe l'apport actuel de la Chine à l'Afrique et sa rivalité avec l'Occident: positif et négatif, évidemment un peu des deux, l'analyse de Tidiane est passionnante et l'on ne peut qu'en reccomander la lecture.

 

Plus près de nous, 

Léman Bleu assume désormais 5 heures de direct, d'actualité et d'émissions originales, chaque soir de semaine, laisant la place le week-end à des films de fiction et des documentaires. Un grand changement, pour la petite chaîne locale qui monte et se lance là un vrai défi.
Parmi les nouveautés de la grille, une série de petits reportages de six minutes qui seront diffusés au rythme d'un toutes les quatre semaines, le mardi à 19h48 et rediffusés ensuite: Le Journal du CEVA. L'idée c'est de dresser le portrait de ceux qui se démènent pour que dans 6 ans, nous puissions laisser voiture et scooter au parking, pour circuler dans notre RER souterrain: les perceurs de tunnels, les architectes, les ingénieurs de la circulation, les urbanistes. Ceux qui travaillent au CEVA proprement dit mais aussi à tous les réaménagements de la cité qu'il induit, autour des gares, à la Praille, etc.

Réalisé par Adavi productions avec le concours des équipes de tournage de Freestudio, c'est un petit morceau de télé du réel qui est proposé aux téléspectateurs du Grand-Genève, diffusé sur Léman Bleu et 8 Mont-Blanc ainsi que sur Internet. Nous suivrons les aventures, mésaventures, difficultés et succès de tous ces hommes et femmes qui ont entrepris de transformer notre ville. Une tâche de longue haleine, puisqu'ils en ont encore pour 5 années. Et nous avec !

 

 

Les commentaires sont fermés.