07/07/2013

Lettre ouverte à un Souverainiste du temps passé...

Vous faites bien, Pascal, de ne pas trop brandir cette histoire de pacte de 1291... Parce que la Confédération s'est d'abord bâtie sur l'imposition - par la force brute - de juges étrangers à la majeure partie de la Suisse actuelle. Ce par une minorité de gens issus de Suisse primitive, puis de Berne et Zürich. Encore qu'au début, les gens de Berne, Zurich et Zoug formaient l'essentiel des troupes "autrichiennes" (les Habsbourg étant eux-mêmes argoviens) qui se sont fait écrabouiller à coups de rochers à Morgarten... Tandis que les gens de Suisse primitive étaient soutenus activement par... la Maison de Savoie, surnommés "Les Portiers des Alpes", tout ceci étant déjà à l'époque autant une question de gros sous et de répartition du montant des péages sur les cols, sur les routes du commerce et des pélerinages, que de justice locale. Il se passe d'ailleurs la même chose, au même moment dans les Pyrénées.
Deux siècles plus tard, le Tessin, l'Argovie, Vaud, le Chablais entre autres étaient des cantons sujets, où des étrangers venus de Berne imposaient la justice et Genève était proprement rançonnée.
Ces cantons et leurs habitants ne devinrent égaux que parce que Napoléon et la France envahirent la Suisse et imposèrent l'égalité. La Révolution française étant elle-même née à Genève, pas à Schwytz ni à Uri, encore moins à Berne, qui envoyèrent des troupes pour la mater, en 1783 encore...
Maintenant Pascal, c'est juste de l'Histoire et il faut se réveiller. Nous ne sommes plus en 1291, pas même en 1847. Le TPI vous semble-t-il une bonne chose ? Le fait qu'un tribunal pénal international puisse poursuivre des individus partout dans le monde, quels que soient leur passeport et leur rang dans la société ? Qu'une Tessinoise y figure parmi ses procureurs les plus éminents ? La Cour de Justice européenne, c'est pareil. Elle a été créée pour dire le droit et la justice au sujet des traités signés entre états membres ou avec des états tiers. Un jour, un juge suisse devrait pouvoir y être nommé.
En 1603, après l'Escalade, les Genevois parpaillots et le Duc de Savoie papiste ne parvenaient pas à s'entendre et l'on pouvait prévoir une petite guerre sans fin. Ce furent les Cantons, eux aussi divisés sur la question de la "vraie foi" qui imposèrent un traité et le recours à la justice pour traiter des différents de frontière ou autre, qui pouvaient découler de l'accord.
Faire passer les confits du champ de bataille à la cour de justice est un grand progrès de l'humanité. Cette cour existe et fonctionne, pourquoi faudrait-il en inventer une autre? Par contre, il faut que les Suisses puissent s'y sentir représentés. Et donc à terme, qu'un juge suisse puisse y siéger, quitte à prévoir de rajouter un juge supplémentaire, voire deux, aux 27 actuellement en poste à Luxembourg, qui devraient passer à 28 avec l'intégration de la Croatie...
J'en profite pour vous dire, Pascal, que vous comprenez mal l'Histoire, certes faite de batailles et de dates, mais aussi de longues périodes de gestation, durant lesquelles les gens vivent tout simplement, échangent, commercent, naissent et meurent dans leur lit, sans qu'ils en soient plus méprisables pour autant. Il n'y a pas que plaies et bosses dans l'existence. Il y a l'amour et la vie aussi.

Les commentaires sont fermés.