19/09/2013

Cher Maître...

Cher Maître,

je crois savoir que Jean-François Mabut - en mon absence - a d'ores et déjà retiré ma dernière note de mon blog. C'est sa décision, comme il l'avait fait déjà d'une note précédente sur laquelle vous l'aviez alertée.

Je ne comprends pas pour ma part à quoi vous faites allusion et je m'étonne que vos clients puissent se sentir visés par les descriptions que je fais des personnages d'un film imaginaire ?
La note allégorique dont vous mentionnez un extrait ne cite aucun nom et comporte de nombreux éléments qui sont à l'évidence fictionnels. On n'a ainsi jamais vu, à ma connaissance, un orignal faire de la politique. C'est avant tout une fable humoristique parodiant le titre d'un film célèbre.

Plus avant, je m'en voudrais de paraitre vous délivrer une explication de texte, mais la phrase que vous citez n'implique nullement que la dame héroïne de l'histoire soit une femme lègère, tout au contraire. La-dite phrase part en effet du principe opposé, en regrettant que certaines photos que ce personnage féminin aurait pu laisser prendre, puis laisser trainer, puisse laisser penser qu'elle avait un comportement peu digne d'une femme politique.

Quant à M. Stauffer, je comprend d'autant plus mal son étonnante susceptibilité sur certains sujets que je me souviens l'avoir entendu qualifier devant des dizaines de milliers de téléspectateurs un peuple entier, les Libyens en l'ocurrence, de "macaques". Ce qui me semble non seulement insultant, mais violemment raciste.

Qu'il se sente visé par le terme de truand me surprend. Vu que je ne cite aucun nom, qu'est-ce qui pourait bien lui laisser penser qu'on pourrait le considérer en ces termes ? Serait-ce le fait d'utiliser des photos sur des affiches sans en avoir ni payé les droits, ni sollicité l'autorisation ? Ou l'appel au meurtre dont il s'est rendu coupable en d'autres occasions ? Ou encore le fait de conduire un scooter sous le coup d'un retrait de permis ? Ou de justifier son port d'arme au parlement par le fait qu'il avait maille à partir avec des truands marseillais ?

J'en profite pour vous signaler que concernant l'autre plainte pénale dont vous me menacez également, selon l'information que m'a transmise M. Mabut, il m'apparait singulier qu'un homme qui brigue le suffrage populaire prétende vouloir interdire la publication de faits le concernant, qui pourraient être de nature à éclairer l'électeur sur sa personnalité.

Si toute personne a droit à l'oubli et à l'annonymat, et je suis personnellement très attaché à ce principe, il n'en va évidemment pas de même d'un personage public qui se présente au suffrage universel. Je suis personnellement tout aussi attaché au droit à l'information et à la transparence que M. Stauffer revendique si volontiers pour les autres. La transparence, c'est bien à condition qu'elle ne soit pas à sens unique.

 Reste que bien sûr si les faits allégués étaient faux, il en irait tout autrement. Mais il ne semble pas que cela soit le cas et de nombreux Genevois, ainsi que moult documents officiels peuvent alléguer que ces faits se sont effectivement déroulés tels que le relatait en son temps l'article de Robert Habel dans l'Illustré, faits brièvement résumés par moi en début de semaine dans la Tribune, dans un blog qui a été censuré sur votre intervention.

Je me permets également de vous informer que j'entends publier ma réponse à ce que je considère comme des menaces visant à restreindre ma liberté d'expression et de parodie en période électorale, ainsi que le droit de l'électeur a être informé équitablement et complètement.

Avec mes meilleurs messages

Philippe Souaille

Les commentaires sont fermés.