04/10/2013

L'arroseur arrosé

Selon le dogme de Saint-Pascal, Mauro Poggia vient de commettre une bourde de débutant: il a osé critiquer l'adversaire !
Enfantillages que tout ceci, il est évident que le débat politique est basé sur la critique de l'autre et d'ailleurs le MCG ne s'en est jamais privé. Il a même basé ses succés électoraux dessus. 
Quant au deus ex machina de la Praille il poursuit imperturbablement son rôle de semeur de zizanie, en poussant à chaque fois qu'il le peut les causes et les personnalités d'extrême gauche et d'extrême-droite, avec une nette préférence tout de même pour l'extrême-droite.

Quant à Mauro Poggia, comme à son habitude, il prend les gens et les électeurs pour des crétins, tout en leur cirant les pompes en déclarant croire en leur intelligence. Témoin son récent blog sur l'affaire de la Cour des Comptes.
Résumons:

François Longchamp reprend en main un département de l'Urbanisme sinistré en mars 2012, tout en gérant également son ancien département jusqu'à l'élection de Pierre Maudet en juin.
les dossiers en cours sont considérables et prioritaires : construction de logements pour les Genevois - construction du CEVA et de l'urbanisme lié - Mise en branle de l'élargissement de l'autoroute - Plan directeur cantonal à faire passer - la Praille, etc... Bref les problèmes N° 1 et 2 des Genevois à résoudre.

La Cour des Comptes constate que la gestion de l'encaissement de vieilles factures auprès des propriétaires de maisons individuelles laisse à désirer. Il y en a pour plusieurs millions d'accumulés, problème antérieur de plusieurs années à l'arrivée de Longchamp au DU.

La Cour des Comptes a décidé d'engager du monde pour faire face à des responsabilités accrues et veut des locaux plus grands. Ce qui n'avait pas été anticipé. Le DU peine à lui en trouver. Ben oui Allo quoi, il y a une crise du logement à Genève, mais aussi une crise de la dette et il n'entre pas dans les attributions de l'Etat de la creuser davantage en louant n'importe où dans le privé.

Le DU propose une solution, rejetée par la Cour des Comptes, qui ne veut pas travailler dans un immeuble rempli d'autres fonctionnaires. Selon M. Paychère, parce que cela pourrait porter atteinte à l'annonymat des personnes qui viendrait dénoncer des scandales dans la fonction publique. Parce que la Rue du Rhône, c'est sûr c'est vachement plus annonyme et discret, il n'y passe jamais personne, c'est bien connu.

Dans le même temps la Cour des Comptes vérifie que ses recommandations sur les arriérés d'encaissements ont bien été suivies. Patatras, cela n'est pas le cas. Comme dans quasi tous les raaports du même genre que j'ai lu de la CdC de vérifications à posteriori, l'inertie de la fonction publique est considérable et les réformes mettent du temps à se mettre en place.

Bien admettons. Le DU de M. Longchamp a mis du temps pour obtempérer. C'est pas bien, d'autant qu'il y en a donc, pour plusieurs millions de vieilles factures incombant à de petits propriétaires.  En même temps, il n'y a pas mort d'homme et cela n'empêchera pas Piogre de tourner... 

La Cour des Comptes de son côté décide de passer outre et déménage dans des nouveaux locaux, plus spacieux, plus prestigieux (Rue du Rhône, donc) et surtout beaucoup plus chers. Le DU se plaint au bureau du Grand Conseil et là... Le MCG et son prophète, Saint Pascal, s'emparent du phénomène. Mauro Poggia est invité à la télé pour en parler (pourquoi lui et pas Lüscher, ou tient Hodgers, candidat au CE et Conseiller national, tout pareil). Il en parle aussi dans son blog,

En gros, sur les réseaux sociaux, Longchamp est successivement accusé dans le vide d'avoir voulu empêcher un rapport de la CdC sur les activités délictueuses de son département, puis d'avoir actionné Eric Stauffer (!) et enfin de faire exprès de reléguer la CdC dans des vieux bureaux pour se venger.  Tout ceci ne tient pas debout. Serait-il si facile de trouver une surface pareille à un prix correct à Genève ? Longchamp a-t-il un quelqconque intérêt à embêter la cour des comptes qui est un moyen de pression à elle toute seule et de plus a déjà pondu son rapport ? Evidemment pas.

maintenant une question, on parle de 5 à 10 millions de vieilles dettes... 
Combien Me Poggia a-t-il coûté au contribuable genevois par ses manoeuvres dilatoires de retardement du CEVA ? N'est -ce pas nettement plus ? Et ce serait là de la saine gestion des deniers publics ? A d'autre

 

 

Les commentaires sont fermés.