06/10/2013

Genève a perdu une bataille, heureusement pas la guerre

C’est clairement une défaite. Une bonne partie des Genevois s’est laissé appâter par les sirènes sans lendemain du populisme, des promesses miracles et du « c‘est la faute aux frontaliers ».

Les députés PLR se sont laissé enfermer dans des débats stériles et incompréhensibles, portant sur 2% du budget de l’Etat, contre leurs propres conseillers d’Etats, plus consensuels, qui eux s’en sortent haut la main, tandis que le PDC, également plus consensuel, progresse légèrement. Les PLR ont in extremis raboté un mois de prime aux fonctionnaires partant en retraite, ce qui est suicidaire quand on connait le poids électoral de ces derniers et de leurs familles. Le PLR a oublié qu’il était censé défendre la classe moyenne, dont les intérêts, par les temps qui courent, ne se confondent pas forcément avec ceux de la haute finance. Tout cela par pure idéologie. A noter que si la haute finance peut certes financer une campagne, sa force numérique, électorale, n’est guère extensible.

L’Entente en général, aurait du davantage expliquer aux électeurs que Genève n’est pas une île vivant en autarcie. Qu’elle est très très très loin de se suffire à elle-même et que toute sa prospérité dépend de son ouverture au reste du monde. Que cette ouverture a permis de nous conserver une économie en croissance, alors qu’elle régressait partout ailleurs, sauf en Allemagne (au prix dans ce derniers cas d'un appauvrissment notable des classes populaires). 
Refermer les frontières, comme le réclament les populistes – c’est l’un des rares points où ils différent radicalement de la droite classique  - cela ne peut avoir qu’une seule et unique conséquence : amener davantage de crise économique et de chômage à Genève.

C’est pourquoi Genève a aujourd’hui perdu une bataille, car le bloc qui se renforce au parlement, loin de lui être bénéfique, lui sera défavorable. Sauf à mener une politique à l’inverse de son discours et de ses affiches…

Les Verts sont les vrais grands perdants. Ils paient d’abord leur opposition à la bagnole et à la traversée de la rade, ou du lac. Sur deux points, ils ont pourtant raison : il faut désengorger le centre-ville et développer le réseau des transports en commun. Mais pour pouvoir désengorger le centre, il faut pouvoir le contourner, tous les urbanistes de la planète le savent et par pur dogmatisme, les Verts – et la gauche plus discrètement - l’ont refusé avec acharnement. La droite y a mis du sien, en se divisant et en présentant à Berne des dossiers absurdes, montés sur des chiffres bidonnés, ce qui a fait capoter l’hypothèse d’un financement fédéral. 

Qu’à cela ne tienne, il faut donc construire un évitement urbain, avec des fonds régionaux  - quitte à prendre même sur des fonds frontaliers si cela permet de réduire la durée des bouchons biquotidiens, tout le monde sera d’accord. Et réfléchir très sérieusement à la perspective d’un financement privé d’une traversée autoroutière du lac. Accompagnée de mesures ad hoc au centre ville et d'un transport à minima par bus efficaces sur là-dite traversée.  

Dans quatre ans le CEVA sera opérationnel, les P+R aux frontières aussi et le réseau de trams développé pourra montrer sa pleine efficacité. En prenant le CEVA au Bachet, les Carougeois seront à la Gare en 4 minutes… Le travail mené à bien par Mme Künzler portera ses fruits. Elle aura en plus servi de bouc émissaire à des Genevois incapables de comprendre que pour améliorer les choses, il faut construire et qu’un chantier, ben ça fait de la poussière…

Reste que la victoire de ce funeste dimanche soir,  c’est aussi celle de ceux qui veulent la mort du système de consensus qui a fait le succès de la Suisse. En creusant méthodiquement le fossé entre la gauche et la droite, ils sont en passe de parvenir à leurs fins. Personnellement, cela me révolte. Et les responsables politiques de gauche et de droite sont tout autant responsables de cet état de fait.

Pour ma part, je ne me sens plus lié à l’appareil d’un parti. Je l’ai dit, je reste proche du PLR, mais en tant qu’individu et en tant qu’électeur, je vais constituer ma propre liste pour le Conseil d’Etat et je vous conseille d’en faire autant. Ce que je sais, c’est que je veux en exclure ceux qui représentent un danger pour Genève, à savoir le MCG. Y compris Poggia. Certes, il est moins pire que Stauffer et, mis à la santé, il ne pourrait pas causer grand tort. Ce serait même assez drôle de le voir expliquer aux malades qu’il leur faudra payer plus chères leurs primes parce qu’il tient à engager des infirmières résidant en Suisse et que tout ce qui est rare est cher…

Pour le symbole cependant, je n’en veux pas. Et pour l’avenir de Genève encore moins, car un gouvernement dont la gauche serait exclue, ou presque, serait une catastrophe pour l’équilibre social du canton. De même qu’un Conseiller d’Etat qui passe son temps à menacer le ban et l’arrière ban de la République de procès au pénal à chaque fois qu’on lèse sa majesté.  La solution, tout le monde la connait, et elle est simple. D’autant que les candidats les mieux placés, dans tous les partis, sont ceux qui ont su se montrer les plus consensuels. A l’exception notable de Sandrine Salerno dont la consensualité tardive, saluée au PLR, a été vécue comme une trahison dans son propre parti, où elle est de loin la plus biffée, malgré d’indéniables compétences. Dommage.

 Résumons : pour faire barrage à l’extrême-droite populiste et dangereuse pour l’avenir de la République, si vous êtes de droite ou du centre, vous votez pour les cinq candidats de l’entente et pour deux candidats de gauche, parmi les mieux placés : Anne Emery-Torracinta, ce qui fera une femme de plus au gouvernement, et Thierry Apothéloz, ou Antonio Hodgers à la place d’Apothéloz si vous tenez à la présence d’un vert.

Si vous êtes de gauche, vous mettez quatre candidats de l’Entente et trois de gauche. En mettre quatre de gauche et trois de l’Entente serait un gaspillage inutile de voix. En effet, si l’on considère que Verts et PS ont déjà voté les uns pour les autres, il ne reste que les voix d’Ensemble à Gauche comme réservoir. Soit entre 5 et 6000 voix. Suffisant pour passer devant Stauffer et Poggia avec l’aide des voix de droite, mais pas pour atteindre Isabelle Rochat, qui sera soutenue par son camp et qui au contraire devrait bénéficier d’un surcroit de voix féminines au 2ème tour.

Stauffer et Poggia vont évidemment bénéficier de voix de droite, mais les voix du centre vont leur manquer. Et même à droite, des personnalités consensuelles et compétentes comme celles d’Emery-Torracinta ou Apothéloz, voire Hodgers (loin d'être intégriste en matière économique), sont à l’évidence préférable aux boutes-feu du MCG. Qui doivent comprendre, Mauro Poggia en particulier, qu’ils ont atteint leur plafond de verre et qu’ils ne pourront pas aller plus haut tant que leur parti persistera dans l’appel à la haine et à la stigmatisation d’un tiers des habitants de notre communauté de vie. Notre communauté naturelle.  

 

Commentaires

Maintenant si on analyse les choses sous l’angle de la conduite des affaires de la cité, que voit-on ?. La nouvelle constitution accroit les pouvoirs du parlement, face à l’exécutif. Ce qui va compliquer la tâche d’un exécutif qui serait uniquement composé de l’Entente et de l’Alternative, que ce soit une formule à 5 -2 ou à 3 – 4 d’ailleurs, sans accord de fond sur un minimum de choses.
Dans ce cas de figure, les populistes vont jouer de leurs 31 voix pour paralyser l’action du gouvernement en votant avec qui ça les arrange, du moment que ça embête… Cela va commencer dès le départ, avec le découpage et la répartition des dicastères. Le problème, c’est que même si Poggia entrait au Gouvernement, cela ne changerait pas grand-chose. Parce que Stauffer n’y serait pas, et que le trublion continuerait très probablement à agir comme à son habitude.
Cela étant, j’adorerais effectivement voir Poggia entrer au Gouvernement pour au moins une raison, c’est effectivement qu’il y serait le premier musulman. Bien avant d’être un « troisième PDC » comme on le dit aussi. Sa réponse à la télé, sur ce sujet, montre assez sa rouerie. Personne – avant lui - n’avait en effet jamais fait remarquer que Mme Brunschwig-Graf était juive. Mais le parallèle s’arrête-là. Car Mme Brunschwig-Graf n’a pas été élue avec des voix antisémites comme support principal. Tandis que Mauro Poggia est assez malin pour être le premier musulman à se faire porter par des électeurs (et même des candidat(e)s députés) qui clament régulièrement sur Facebook leur détestation de l’islamisme, voire de l’Islam tout court.
En résumé, faut-il élire Poggia pour faciliter la gestion des affaires courantes ? Une compréhension simpliste de la démocratie le voudrait, mais précisément, la constitution récemment votée dit l’inverse. Sinon, elle aurait fait élire le Conseil d’Etat à la proportionnelle également, ce qui n’est pas le cas. Le législatif est une chose, l’exécutif une autre. Il n’est pas nécessaire qu’ils soient composés à l’identique, très loin de là. Et toutes les classes de la population seraient représentés avec l’Alternative et l’Entente seuls au pouvoir. Ce qui me parait l’essentiel.

Écrit par : Philippe Souaille | 07/10/2013

"Brunschwig-Graf estjuive" comment à partir d'un détail on peut expliquer un tout
Je me suis fait cette remarque à la suite de la réponse plus qu'emmerdée de Poggia sur son adhésion à l'Islam à la RTS alors que madame Kunzler a une formation en théologie sauf erreur.
Concernant les femmes au gouvernement, Madame Rochat et Madame Kunzler se sont fait refiler les dicastères de loin les plus exposés , ces messieurs peuvent bien expliquer l'infléchissement de la courbe de l'augmentation relative du PIB , sur un ton docte , cela ne se voit pas comme un bouchon à la rue de Lausanne.
Les Verts doivent renouer avec les fondamentaux dans les associations proches des "gens", pour l'extraction de gaz de schiste au Grand Conseil, tout dépendra de l'angle des caméras.

Écrit par : briand | 07/10/2013

Monsieur Philippe Souaille d'autres régions de Romandie n'ont pas de frontaliers mais ce coup de gueule Genevois redonnera du courage au ventre à d'autres qui en ont marre de payer les frais pour des névroses endoctrinés qui imitent à merveille les sectes d'antan ceci dans le but de s'enrichir en utilisant le terme de décroissance .Avec pour seul but de tromper l'ennemi qui dort en eux car incapables de gérer leurs propres finances
c'est tellement facile d'envoyer les plus naifs au casse pipe! ce que font admirablement les mouvances écologistes

Écrit par : lovsmeralda | 07/10/2013

"Tandis que Mauro Poggia est assez malin pour être le premier musulman à se faire porter par des électeurs (et même des candidat(e)s députés) qui clament régulièrement sur Facebook leur détestation de l’islamisme, voire de l’Islam tout court."
Je pense que la majorité de ceux qui ont voté pour Me Poggia ne savent pas qu'il est musulman et cela est dû en partie au fait que la gauche comme la droite ont en partie réussi à faire en sorte que ce genre de mention est automatiquement considéré comme un acte de xénophobie et autres "phobies".
Pourtant les mêmes qui ont voté pour lui en méconnaissance de sa religion n'auraient certainement pas pris le risque de le voir au DIP. Le cas de Mme Brunschwig-Graf est très évidemment tout à fait différent, le judaïsme n'ayant jamais eu tendance au prosélytisme.
La droite, comme la gauche ont donc, dans ce cas été victimes d'un type de censure bien-pensante.
Vous avez courageusement lutté pour faire barrage au MCG, à Stauffer surtout, dont vous avez presque égalé l'acharnement. J'ai écrit dans un commentaire de blog que cela risquait de se retourner contre vous, ou plutôt contre votre cause. Encore qu'il ne faut pas exagérer l'importance des blogs. Mais lutter contre une mouvement populaire, par essence en partie purement émotionnel, en utilisant une terminologie qui fait appel, même si la rationalité est sans cesse invoquée, au même registre, est d'avance voué à l'échec.
Espérons que de votre nouvelle position, en marge si j'ai bien compris, vous trouverez une manière plus efficace, s'il en est une. Sinon vous devrez "laisser passer l'orage" et vous êtes encore assez jeune pour bénéficier de l'éclaircie qui suivra.

Écrit par : Mère-Grand | 07/10/2013

Mme Brunschwig-Graf est juive. Elle n'est pas née juive et a fait ce choix sur le tard et, cas échéant, peut expliquer pourquoi elle l'a fait. Elle l'assume. Poggia, a fait le choix d'être musulman à un âge plus avancé que ne l'a fait Blancho et il ne l'assume pas, il le dissimule tant que faire se peut. Là est toute la différence. La Tour Baudet doit-elle devenir Minaret Baudet ?

Cela rappelé je m'oppose à ce que l'UDC fasse liste commune avec le MCG et rende possible l'élection de Poggia.

Ce n'est d'ailleurs pas l'intérêt de l'UDC dont les candidats ne seront pas élus.

Mais là n'est pas le problème. Le MCG et l'UDC sont incompatibles.
Le MCG est un parti qui n'accorde aucune priorité aux suisses, comme l'a répété hier soir Poggia.
Le MCG est un parti qui accorde toutes priorités (travail et logement) aux résidents, y compris ceux qui, cousins et cousines des naturalisés du MCG, viennent d'arriver en Suisse.
Le MCG est un parti qui méprise les suisses de l'étranger y compris ceux qui ont été chassés par les cousins et les cousines des naturalisés du MCG.
Le MCG dit lutter contre une "épidémie d'être humain" (les frontaliers) et aime à en faire prospérer une autre (les cousins et les cousines).

Reste aussi le fait que Poggia est un musulman. Le problème n'est pas qu'il soit musulman parce que né musulman, mais qu'il soit musulman parce qu'il est devenu musulman par choix à un âge assez avancé.

Le MCG est un parti anti-suisses et anti-Suisse.

Écrit par : CEDH | 07/10/2013

"Le cas de Mme Brunschwig-Graf est très évidemment tout à fait différent, le judaïsme n'ayant jamais eu tendance au prosélytisme."

Je l'ignorais et j'aurais préféré continuer à l'ignorer, parce que ce n'est tout simplement pas le sujet. Les juifs sont parfaitement assimilés à la société suisse. Ils foutent la paix aux autres. Et à qui dois-je le fait de le savoir? A qqn qui aurait mieux fait de la fermer sur le sujet.

Et je n'aime pas du tout ceux qui n'ont pas le "triomphe" modeste. Qu'on leur donne le pouvoir, ils seront pire que les autres. Comme les frérots au Caire.

En ce qui me concerne je ferai le nécessaire pour l'éviter. Je bifferai aussi Apothéloz qui s'affiche avec les islamistes.

J'ai été désolé de voir que l'islamiste des Verts, si elle a bien été biffée par son parti, a été rajoutée sur les listes d'autres, notamment à "gauche". Misère. Et que le résident français est dans les choux.

Écrit par : Johann | 07/10/2013

question subsidiaire :
Le nerf de la guerre , l'argent , la débauche de moyens du MCG , qui tient la pompe à finance?
Un prélèvement sur les bouchons de champagne? une dime librement consentie à la suite d'un culte à Honneur et Fidélité avec Saint Pascal comme servant de messe ?
Mon hypothèse : plutôt carthaginoise , mais je cherche des noises.

Écrit par : briand | 07/10/2013

L'hypothèse carthaginoise est une évidence, Briand. Après tout ce serait une forme de revanche sur la Rome du Nord, n'est-t-il pas ?
Cependant, quelle que soit la fortune de Salambô, que l'on dit considérable, je ne sais pas si cela suffit. Je suppose qu'en plus des bouchons de champagne et des cartes SIM, l'entreprise a quelques autres généreux sponsors.

Écrit par : Hamilcar Didon | 07/10/2013

J'ai beaucoup hésité à publier les commentaires de CEDH et Johann à qui je trouve des relents de xénophobie qui me déplaisent. Je les ai retenus toute la journée d^hier. Finalement, après plusieurs heures de réflexion, j'ai décidé de les laisser passer, parce qu'ils expriment chacun un courant de pensée présent à Genève, même si je réprouve leur anti-islamisme, l'un de droite, l'autre de gauche, que je considère comme primaire.
Merci Mère-Grand de votre sollicitude. Mais je n'ai pas d'autre ambition en politique que d'être la mouche du coche. Ce qui m'assure une immense et plaisante liberté.
Pour le reste si je suis violemment indisposé par Stauffer et le MCG, vous semblez l'être tout autant par l'Islam, ce que j'ai du mal à comprendre, venant d'un homme de culture et d'ouverture tel que vous. Certes, nous savons ce qu'est l'Islam, ce qu'est l'intégrisme et que nous ne voulons à aucun prix de la charia, mais la grande majorité des musulmans, c'est autre chose. Ils n'ont d'autre désir que de vivre paisiblement et amicalement. Sans arrière pensée.

Écrit par : Philippe Souaille | 08/10/2013

"vous semblez l'être tout autant par l'Islam"
Ce n'est pas vrai. Je suis plus qu'indisposé par ceux qui, sur ces blogs et dans la vie de tous les jours présentent cette religion comme supérieure aux autres, sans défauts et seule capable de sauver l'Occident de sa déchéance. Incapables de simplement reconnaître les horreurs de son histoire passée comme l'ont fait en grande partie les Catholiques, plus que réticents à reconnaître le rôle qu'elle joue dans les théocraties et les dictatures actuelles, muets la plupart du temps sur les pratiques barbares qui sont accomplis en son nom, comme sur les guerres qui où s'affrontent des camps aux mêmes cris de louange au Prophète, ils sont l'opposé de ce que j'estime: des gens capables de reconnaître la réalité des faits et de les distinguer de l'idéal qui leur a été inculqué dans leur famille ou des écoles spécialisées, pour faire évoluer cette réalité et la rapprocher de leur idéal.
Les autres, ceux que vous appelez la grande majorité des musulmans, je ne m'en préoccupe pas plus que de tous les croyants d'autres religions qui vivent une vie sans fanatisme, sans revendications contraires à notre constitution, à nos moeurs et traditions. Sur ce dernier point je sais que nous sommes probablement pas d'accord, mais c'est ma manière de voir, ma manière de ma comporter moi-même lorsque je voyage à l'étranger et, j'espère celle que je garderais si je devais ou pouvais m'expatrier.
Je me suis disputé, comme bien d'autres, avec des tenants du judaïsme lorsque j'ai exprimé mon opposition (ou aversion) face à toute mutilation physique non consentie, en l'occurrence la circoncision des bébés. Un seul s'est senti insulté, ou du moins s'en est plaint en ces termes sur ces blogs, par cette expression d'une opinion contraire à sa croyance, comme le font parfois certains Chrétiens ou sectaires particulièrement "motivés".
Les autres nous "foutent la paix", pour utiliser une expression populaire. C'est cette paix dans laquelle j'aime vivre et non celle que revendiquent quotidiennement des musulmans comme qualité essentielle de leur religion, sans dire un seul mot sur le fait que des millions de leurs coreligionnaires se battent entre eux dans des guerres fratricides ou autres, toujours au nom de cette idée de paix. De même c'est la tolérance qui permet à chacun de suivre sa religion ou de n'en suivre aucune que j'admire, pas celle jamais réalisée dans les faits de ceux qui nous donnent des leçons sur ce sujet.
Ce n'est que sur nos blogs que j'exprime mes idées, je ne participe pas des manifestations ni des publications qui s'en prendraient au Musulmans, ni à d'autres groupes religieux ou non, et je n'interviens que pour faire entendre une voix critique à l'égard d'une propagande religieuse menée quasi quotidiennement sur ces blogs. Je n'admets pas non plus que toute opinion qui déplaise soit classée dans la catégorie des actes xénophobes ou islamophobes, ou même, comme vous le faites vous-même considéré comme un acte d'inculture.
Je considère, moi, que c'est le privilège de notre culture que de pouvoir exprimer des opinions et de les discuter, et j'estime que que cette culture-là mérite d'être défendue, non par la langue de bois des politiciens et des hommes d'affaires qui en escomptent des voix ou des contrats, mais par ceux qui se sentent redevables de l'héritage culturel qu'il ont reçu et responsables de le défendre sans haine, mais avec constance et fermeté.

Écrit par : Mère-Grand | 08/10/2013

Les commentaires sont fermés.