01/11/2013

Le côté obscur de la Nouvelle Force révélé au grand jour !

C'est bien connu, le MCG aime les frontaliers. Il veut juste les empêcher de circuler ou de se garer sur le territoire du Canton de Genève, histoire de leur simplifier la vie. Qu'ils soient français, suisses, ou borduro-syldaves, du moment qu'ils habitent outre-frontière, qu'ils y restent...
C'est bien connu aussi, le MCG adore les étrangers résidents et les naturalisés. A condition qu'ils aiment la Suisse et soutiennent le MCG. C'est une condition sine qua non. Parce que s'ils critiquent les choix politiques du MCG, le conseiller municipal Menoud veut les reconduire à la frontière, après leur avoir enlevé le passeport. 
Quant aux Suisses "de souche" qui n'auraient pas assez de revenus pour payer d'impôt, ce sont des parasites, selon le MCG Menoud, si l'on en croit ses propos en plénière du Conseil Municipal de la vile de Genève. 

La dernière fois que l'on a enlevé leur nationalité à des naturalisés, c'était en France, et c'était sous le régime fasciste de Pétain. Il faut le dire. Les points Godwin sont devenus une forme de dictature de la pensée, pour empêcher de dire la réalité. Mais cette fois ça suffit. Les propos du Conseiller municipal Menoud (candidat MCG au Grand Conseil il y a un mois) sont inadmissibles et ils ne peuvent pas être isolés de son parti. 

 
Mais le mieux, c'est de lui laisser la parole:

"...je suis triste d’entendre les interventions de certaines personnes, des naturalisés, il faut le dire, vous êtes des… certaines personnes, des naturalisés, je vais vous donner quelques noms, qui sont des conseillers municipaux frustrés. Il a été dit si vous n’êtes pas contents vous pouvez toujours abdiquer votre nationalité et reprendre l’ancienne. Mesdames Maria Perez hier, Madame Vera Figurek, Madame Olga Baranova, Madame Vittoria Romano, Madame Virginie Studemann, Messieurs Velasco ou Ahmed Jama, vous qui venez nous faire des théories, vous êtes naturalisés, vous avez encore le bec, le bec dans le lait et vous venez nous faire des théories. C’est indigne et innacceptable.

Monsieur Menoud, quand, quand, quand, Monsieur Menoud, quand vous parlez aux gens, vous vous adressez à moi.

Oui mais


S’il-vous-plaît.

Je regarde mon ordinateur, Monsieur le président, je

Bon.

Non, je les regardais pas hein. Ils sont bien trop vilains. Hin hin hin hin hin hin. Je veux dire il faut savoir quel maître on sert, Monsieur le président, si on fait une démarche pour adhérer à une communauté, ce n’est pas pour demain…. Faites, faites faites taire ce grand gaillard

Hahahahahahahahahahahahahahaha

Ce ce ce traître à la, le social-traître

Monsieur Menoud, Monsieur Menoud

… dont j’ai parlé.

Monsieur Menoud… C’est valable pour Holenweg aussi

Monsieur le président, nous posons la question. Ces gens qui ont eu la chance d’être naturalisés alors que d’autres meurent à Lampedusa ! Et qui viennent cracher dans la soupe ! C’est inacceptable !

Oh. Arrêtez, arrêtez, arrêtez.

C’est inacceptable ! Vous devriez être fiers d’être suisses et nous entendons ce soir des insultes contre la Suisse et ça nous gnacepterons jamais !

Bon. Okay.

Qui servez-vous ! Qui servez-vous bande d’hypocrites !

Mo-Monsieur Menoud !

Oui, tu sers quoi ! Tu sers la NSA, tais-toi. Mais tais-toi.

Monsieur Menoud ?

Monsieur le président ! Monsieur le président ! Monsieur le président !

Veuillez, veuillez conclure, Monsieur Menoud.

Non non. J’ai mon temps comme tout le monde.

Oui, oui, vous avez votre temps de parole.

C’est une fierté, c’est une fierté d’être citoyen genevois, d’être la capitale, la capitale de la Croix-Rouge, Monsieur Dunant qui était… rappelez-vous de la ? de la guerre de Solferino, qui a protégé, vous rigolez vous Madame la naturalisée, taisez-vous ! Taisez-vous retournez à Belleville si vous êtes pas contente.

Non. Monsieur Menoud !

Retournez à Belleville !

Non. Non non non non non non.

Retournez dans votre quartier français ! Nous voulons pas de vous ! Et si vous êtes suisse pour nous cracher dessus c’est inacceptable.

Monsieur Menoud.

Monsieur le président, je vais en finir avec le sommet, le, le semeur, le, non pas la semeuse de de de de de de de du Larousse, le provocateur, le pro- Taisez-vous ! Rends ton passeport Vera Figurek ! Rends ton passeport ! Retournez-chez vous ! Allez ! Dégagez ! Bande de traîtres ! Traîtres à la nation ! Les traî-tres ! Les traî-tres !

Allez, c’est bon, c’est bon, c’est bon, on connaît le truc maintenant.

Monsieur le président,

On va conclure cette histoire maintenant, alors c’est bon.

Monsieur le président, comme on dit vulgairement aux Pâquis, le fouteur de merde.

Ha ha ha ha ha hahaha haha

Comme on dit chez nous, dans notre quartier, on dira pas, on dira pas la gauche intellectuelle Monsieur le président, … Monsieur Pataroni dont nous remercions l’intervention

Monsieur Menoud

frappée au coin du bon sens. Ce qui est anormal c’est ce provocateur. Monsieur Holenweg, Monsieur Holenweg. Est-ce que vous payez les impôts, est-ce que vous payez, vous ne payez rien du tout !

Monsieur Menoud !

Vous êtes un parasite social !

Monsieur Menoud, Monsieur Menoud, on va vous sortir hein. Voilà. Okay. Terminé. Voilà. Voilà. Voilà. Voilà. Voilà. Voilà. Nous sommes maintenant en procédure de vo-te. Nous sommes en procédure de vo-te."

Fin de citation. Ce dialogue n'est pas fictif. Il a réellement eu lieu, mercredi 30 octobre 2013 lors d'une séance plénière du Conseil municipal de la Ville de Genève. Merci à José Lilo pour la transcription fidèle.

Commentaires

Domage que la TDG ne mentionne pas cette intervention odieuse.
Quand les gens ouvriront ils enfin les yeux sur la nature de ce parti ???

Écrit par : séraphin | 01/11/2013

@ séraphin :

Je pense que ceux qui peuvent encore ouvrir les yeux l'auront fait et que ce putride évènement va coûter l'élection dimanche à un élu du MCG.

Écrit par : Observateur | 02/11/2013

En consultant la présentation des membres sur le site internet du Conseil Municipal de Genève, la profession de sieur Menoud serait, paraît-il, "Directeur pédagogique" !!!

Pédagogie selon Wikipédia :"aptitude à enseigner et à transmettre à un individu ou un groupe d'individus -de tous âges et de toutes conditions- un savoir ou une expérience par l'usage des méthodes les plus adaptées à l'audience concernée".

Directeur pédagogique le Menoud ??? On se pince pour y croire...

Écrit par : JMC | 02/11/2013

Je l'ai vu ce débat, révoltant, honteux. Et là, votre retranscription, encore plus dingue. Imbécile, même. Dans le préau d'une école on ne verrait pas ça.

Merci pour votre billet.

Et pour suivre le commentaire de JMC, j'appuie. Proprement impossible que ce soit le cas.

Écrit par : JDJ | 02/11/2013

A la vérité, il semble que selon l'enquête de Grégoire Barbey, le conseiller municipal MCG Menoud serait effectivement directeur pédagogique d'une institution dispensant... des cours aux naturalisés !!!
En clair si vous voulez devenir Suisse, passez par eux, et payez leur enseignement, ça peut aider. On comprend mieux pourquoi le-dit conseiller municipal a défendu le système actuel de naturalisation avec une telle virulence. Il avait peur de perdre de perdre son gagne-pain. Le conflit d'intérêt est manifeste et le conseiller muncipal MCG Menoud aurait au moins du le signaler avant de s'exprimer, voire s'abstenir de voter.
Il est de toute manière déjà extrêmement étonnant que des élus susceptibles d'approuver ou de refuser les naturalisations soient des personnes payées par les candidats ! En matière de république bananière, il semble bien que certains élus MCG battent des records stratosphériques !

Écrit par : Philippe Souaille | 02/11/2013

Etre juge et partie et en plus en position d'entremetteur dans un processus de naturalisation, ce n'est pas normal, vous avez tout à fait raison.
Mais alors il faudrait préciser que Me Rumo, élu municipal d'Ensemble à Gauche, qui est le partenaire de Genoud dans cette affaire de cours dispensés aux naturalisés, est lui carrément membre de la commission des naturalisations!
Et qu'il a voté contre la gauche dans cette affaire...

Écrit par : Nature Alizé | 03/11/2013

Les commentaires sont fermés.