23/12/2013

Oui à la démocratie directe, à la liberté d'expression et d'information. Non à la Dictature du Peuple

Je croyais mon ami Stéphane Valente rangé des voitures et de la politique. Il n'en est rien visiblement puisqu'en vaillant soldat de l'UDC, il s'en prend vertement à l'Ambassadeur suisse auprès de l'Union européenne, Roberto Balzaretti. Celui-ci a répondu à la NZZ am Sontag, qui l'interrogeait sur les conséquences prévisibles d'une acceptation par le peuple de l'initiative UDC contre l'immigration. 

La traduction française de l'interview sur le site de Bluewin est ici 


Pour ma part, en tant que citoyen suisse, tout autant que mon ami Valente, qui vend par ailleurs d'excellents vins, je trouve au contraire tout à fait fondé - et même nécessaire - que l'une des personnes les plus au courant de toutes les subtilités du dossier puisse s'exprimer et nous informer de ses conclusions. 
Après il n'oblige ni ne contraint personne. C'est juste une information supplémentaire, son opinion d'expert sur les conséquences prévisibles de tel ou tel vote.
Mais chacun reste libre de voter en son âme et conscience.
Par contre, lui interdire de s'exprimer, alors qu'il est l'un des meilleurs connaisseurs du dossier, de nous informer sur les conséquences envisageables, nous demander donc de voter à l'aveugle, comme si la Suisse était une île détachée du monde et de ses contingences, nous priver de ces informations, ce serait rien moins qu'une atteinte dictatoriale à la liberté d'expression, doublée d'un détournement/captation du vote populaire.
Le peuple souverain ne doit pas devenir une dictature, fût-elle de l'UDC. Le populisme consistant à rejeter en bloc les opinions des experts, ça va un moment. Certes, ils ne sont pas infaillibles et peuvent se tromper. Mais si depuis la nuit des temps, nous n'avions fait qu'écouter la voix de nos tripes au lieu de celle de notre cerveau, nous serions encore dans des grottes.  La Suisse en particulier, qui sans ressources naturelles se doit d'être plus intelligente que les autres.
La démocratie directe est l'une des recettes de nos succès. L'une des. De loin pas la seule. L'intelligence et la qualité de l'information en sont des autres. Vouloir privilégier l'une et l'une seulement au détriment des autres serait une stupidité majeure.

Commentaires

Le problème des experts : trop spécialisés et trop nombreux. S'appuient les uns sur les autres et se renvoient l'ascenseur. Ne se remettent jamais en question les uns les autres. C'est particulièrement visible à propos des modélisations du réchauffement climatique...

Écrit par : Géo | 23/12/2013

Les commentaires sont fermés.