19/02/2014

Les qualités et les défauts du système suisse

Parmi les causes invoquées du vote du 9/2, il y a beaucoup de propagande. On accuse le chômage par exemple, alors même qu'il avait diminué à Genève et en Suisse depuis l'introduction de la libre circulation. L'impact sur le vote est donc essentiellement du à la mauvaise foi des vendeurs de bananes bleues. 

Il y a aussi des causes réelles, comme la pression sur le logement et les infrastructures. La plupart des pays du monde seraient enchantés d'avoir ce genre de problèmes. Ils en profiteraient pour se moderniser rapidement. Pas la Suisse. Pour trois raisons, qui paradoxalement sont aussi trois de ses principaux avantages.

1) La démocratie directe et les référendums, qui ralentissent la prise de décision, multiplient les oppositions à la construction et freinent la mise en place d'infrastructures.

2) La faible part des prélèvements publics (impots+charges sociales+tva) et le montant élevé des aides sociales en Suisse favorisent la consommation individuelle, mais laissent peu de marge aux pouvoirs publics pour le financement des investissements d'infrastructures nécessaires.

3) La décentralisation rapproche les décisions de l'individu, mais là encore ne favorise pas la prise de décisions d'envergures, même quand il y a urgence.

Ce constat n'est pas une critique, juste un constat. Il est habituel d'avoir les défauts de ses qualités. Le perfectionnisme, c'est d'y réfléchir et d'essayer de conserver les qualités, tout en gommant les défauts d'un système.

 

Commentaires

Philippe, il faut arréter... Non, franchement, ça a l'air d'un gag, mais je suis sérieux...

Écrit par : Plouf | 19/02/2014

Du blog DdDnews :
"Et je tiens quand même à rappeler que si Erasmus impacte 2800 étudiants suisses annuellement, il y a bien plus de Suisses qui ont perdu leur emplois depuis la libre circulation. Quand on parle de 3% de chômage, on ne parle pas des gens qui sont sans emploi ET qui ne touchent pas le chômage."

Écrit par : Géo | 19/02/2014

Si le chômage ait baissé, le nombre des demandeurs d'emploi, à Genève et en Suisse a bel et bien augmenté.
Pourquoi ?
Parce que les règles du jeu ont été changées.

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 19/02/2014

Géo et Victor, vous faites de la propagande mensongère et je n'aime pas les menteurs. Vous voulez faire croire que le chômage aurait augmenté du fait de la Libre circulation. Sauf que tous les chiffres disent le contraire. Le chômage a explosé dans les années nonante après le refus de l'EEE et n'a recommencé à baisser qu'après l'entrée en vigueur de la libre circulation.
Certes des chômeurs ont été réorientés vers les services sociaux, mais c'est marginal et c'est parce qu'ils n'étaient pas aptes à occuper un emploi. Surtout, c'est un biais nettement moins important qu'un gros biais en sens inverse. A savoir que l'économie mondiale a affronté une crise majeure depuis 2007, la pire depuis celle de 29, qui a fait explosé les taux de chômage partout.
Nous avons échappé au chômage de masse des années 30 parce que les gouvernements ont évité le piège du protectionnisme et de l'isolation, que justement l'UDC tente de nous imposer par la bande. Mais si la Suisse a résisté c'est à cause de son ouverture et de la croissance hors norme qu'elle a su généré, grâce à son intégration à la libre circulation. Pas l'inverse.
Il faut arrêter de raconter que les bananes sont bleues.

Écrit par : Philippe Souaille | 19/02/2014

" Quand on parle de 3% de chômage, on ne parle pas des gens qui sont sans emploi ET qui ne touchent pas le chômage." "

Oui mais en parallèle le taux d'actifs des résidents habitants dans le pays à également augmenté. Même lors de la dernière hausse du chômage. Donc le taux de chômage bas en Suisse n'est pas due aux personnes en fin de droit mais bien par un marché de l'emploi dynamique qui créée toujours des emplois.

D.J

Écrit par : D.J | 19/02/2014

Philippe, il faudrait chercher les chiffres réels sur le nombre de personnes à l'A.I. suite à de nombreuses dépressions.
Chômage, fin de droit, divorce, perte du domicile, etc.
Je n'aime pas l'accusation de menteur.
Je ne veut faire croire à rien, je recherche juste la vérité.

Combien sont ceux qui cherchent réellement un emploi ?

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 19/02/2014

Je suis assez d'accord avec votre constat, ambivalent, la démocratie direct un grand oui mais aussi un petit non.
Un système qui castre sa représentation , qui guide ses élus vers un toujours plus improbable consensus , garant d'une sorte d'acquiescement mou qui débouche sur une non-décision , à défaut de ravir tout le monde ne fâche vraiment personne.
Cela dit la temporalité du politique est totalement dis connectée du rythme de l'Economique qui in fine imprime sa trace , dans une société en manque de repères- faites d'individus dont la grande solitude constitue le seul lien seul entre des écouteurs branchés , les I-PaD olgiques , on line au centre de non lieux .
Plus belle la Vie en Suissitude!

Écrit par : briand | 19/02/2014

Précisément Victor, une personne à l'AI est, par définition, une personne qui n'est pas en état de travailler. Donc la classer parmi les chômeurs serait abusif. Quant aux causes de cette invalidité, elles sont multiples, allant du mal-être à des problèmes totalement individuels, voire, si l'on en croit l'UDC, à une certaine propension à arnaquer le système. Mais en faire retomber la faute sur la Libre circulation c'est extrêmement gonflé. Et croire que cela va s'arranger en mettant des quotas à l'immigration, c'est carrément idiot.

Écrit par : Philippe Souaille | 19/02/2014

Ah, Léon mon maître! La TVA! Pas assez haute! Que le prix de la tartine au cénovisse soit le même pour le miliardaire que pour le plus pauvre, c'est pas euro-compatibe,nan!Il faut donc l'augmenter, que les pauvres enlèvent le cénovisse! Et puis, il faut imposer ces koulaks! Pour Nos infastructures! Ca manque singulièrement de béton à Heidiland! Et s'il ne peuvent pas payer pour loger qu'ils mangent de la brioche!
Absolument camarade Philippe
Et ça a fait mai 68!

Écrit par : Trio-Octet-Doug Destroy | 20/02/2014

Les commentaires sont fermés.