21/03/2014

Ukraine: les causes premières de la crise !

La propagande venue de Russie, abondamment relayée par les commentateurs conservateurs et anti-européens de ces blogs s'ingénient à rappeler "qui a commencé". Le but étant d'accuser les révolutionnaires de Maidan, parmi lesquels une frange d'extrême-droite. Sauf que:

La révolution fait suite à la volte-face de l'ancien Président Iakounovich , qui pour être élu avait promis un accord d'association avec l'UE. Mais parce que Poutine le payait au prix fort, il avait accepté brusquement de changer d'avis et d'annuler le rapprochement avec l'UE. Il est rare que des dirigeants élus soient renversés pour avoir contredit leurs promesses électorales, mais lorsque le cas est aussi flagrant, cela me semble pouvoir se justifier.

Iakounovch a accepté les 15 milliards d'aide de Poutine et vendu donc l'avenir à l'Ouest de son pays parce qu'il était aux abois. La situation économique de l'Ukraine était désespérée, à cause d'un système de corruption généralisée, qui grevait monstrueusement les dépenses énergétiques du pays. Un système intimement relié à celui qui se pratique sur le versant russe de ces échanges. Et dont Genève, au demeurant, est parfois un relais...

Avec des salaires équivalent au tiers de la moyenne française et une population égale à celle de la France et de l'Allemagne réunies, la Russie compte 111 milliardaires en dollars. Autant que les deux principaux pays de l'UE ensemble (116 à eux deux), malgré un PIB cumulé trois plus important que celui de la Russie. Et encore lorsque les cours du pétrole et du gaz sont au plus haut, car ils représentent l'essentiel du PIB russe. 

Tous ces milliardaires russes sont partis de zéro et ont bâti leurs fortunes colossales en 20 ans. Avec honnêteté, humanisme et constance, sûrement. Tous sont aussi des copains de Poutine et certains sont régulièrement suspectés de lui servir de prête-noms. A une ou deux exceptions près, ceux qui n'étaient pas ses potes ont perdu leur fortune et fini en prison. 

A noter que si l'Ukraine est le seul grand pays d'Europe à profiter d'un PIB/hab quasiment africain, elle compte tout de même 8 milliardaires en dollars, soit à elle seule autant que toute l'Afrique, pourtant 20 fois plus peuplée, en dépit de niveaux de pauvreté moyens équivalents... 

Cela souligne à quel point l'inégalité des revenus et l'exploitation de l'homme par l'homme est accablante en ce pays. Que l'extrême-droite européenne soutienne Poutine, le roi de l'inégalité sociale et du nationalisme religieux réactionnaire, je peux le comprendre. Que certains amis et fournisseurs helvétiques des oligarques milliardaires s'en accommodent en songeant à leurs intérêts, je peux le concevoir. L'attitude de Didier Burkhalter, ferme et digne, n'en est que plus appréciable. Mais que certaines personnes de gauche en fasse autant, sous prétexte de détestation de l'ami étasunien, là, j'ai du mal. 

Parce que la cause première de tout ce remue-ménage krypto-nucléaire, c'est simplement la misère insoutenable et la corruption endémique, qu'un soulèvement populaire a rêvé d'éliminer. Les agents néo-cons de Washington et les promesses bleu ciel de Bruxelles n'ont guère d'impact, dans un pays prospère. Dans un Etat correctement géré par des dirigeants qui sans être toujours des parangons de vertu, ne sont pas pour autant des bandits de grand chemin.     

Commentaires

«La propagande venue de Russie, abondamment relayée par les commentateurs conservateurs et anti-européens de ces blogs s'ingénient à rappeler "qui a commencé".»

Ça fait vraiment beaucoup d'anathèmes dans une seule phrase.

«Mais que certaines personnes de gauche en fasse autant, sous prétexte de détestation de l'ami étasunien, là, j'ai du mal. »

Mais vous étiez le premier à écrire chez Holenweg que son billet était du grand Holenweg.

Finalement vous êtes comme Barraud, un vendu qui retourne sa veste au moindre courant-d'air.

Écrit par : petard | 21/03/2014

Vous devriez cesser de fumer, Pétard, cela finit par troubler vos capacités de lecture. Où avez lu qu'Holenweg soutenait Poutine ? Sa position n'a strictement rien à voir et je reste à 98% d'accord avec lui. On peut ne pas goûter l'impérialisme étasunien depuis des lustres, ce qui est mon cas, sans pour autant apprécier celui de Moscou. C'est d'ailleurs également la position de Laufer. Ce qui ne nous empêche pas de reconnaître ce que nous devons aux Soviétiques ET aux GI's dans la lutte contre le nazisme. Il y a 70 ans.
Quant à Barraud, il reste sur une position pro-occidentale constante, logique avec lui-même.
Les 2% de désaccord avec Holenweg, comme je l'ai écrit sur son blog, n'étaient qu'un rappel du caractère discutable du qualificatif "révolutionnaire" de l'auto-détermintion de la Crimée, opérée par des éléments des forces spéciales russes, sans insignes d'identification. Ce qui n'enlève rien au caractère russe de la péninsule depuis deux siècles. Cela aussi je l'ai écrit depuis le début et ma première prise de position fut de dire "laissons la Crimée à Poutine, mais pas au-delà". Je n'en ai pas varié.

Écrit par : Philippe Souaille | 22/03/2014

Juste un détail d'importance. La Crimée n'est pas à Poutine mais à ces citoyens et citoyennes. Et encore. La Terre n'appartient à personne, cher Philippe. Nous n'en sommes que les locataires qui devons essayer de prendre soin...comme de l'Humanité. Ces guerres de pouvoir sont épuisantes et pas du tout épanouissantes pour les femmes et les hommes. Il serait temps de regarder notre Humanité sous un angle un peu moins matérialiste, un peu plus spirituel et artistique. C'est votre job. C'est le miens aussi. Ensemble, nous pouvons vraiment construire un autre monde pour nos enfants. C'est une question d'amour, de vérité, et de volonté.

Bonne journée.

Écrit par : pachakmac | 22/03/2014

La propagande commence lorsqu'on omet soigneusement certains aspects d'un problème lors de sa présentation, pour ne signaler que ce qui vous arrange. Je viens de lire ainsi un texte pro-russe très intéressant sur l'Histoire de la Crimée qui comme par hasard ne disait pas un mot de la déportation des Tatars, commencée par les Tsars et achevée par Staline, sous forme d'un massacre de la moitié d'entre eux lors de leur déplacement, suivi du décès à petit feu de 80% des survivants par Sibérie interposée..
Par contre on évoquait une présence russe vieille de 1000 ans, sous prétexte d'un prince de passage qui s'y était fait baptiser au christianisme... La vérité, c'est que depuis la plus haute Antiquité, des flux commerciaux remontent de la Mer Noire à la Baltique par les fleuves (et vice versa), mais que stricto sensu les Russes ont conquis la Crimée sur les Turcs il y a 240 ans. Ils l'ont ensuite peuplée au prix du génocide de sa population antérieure. Ils ont aussi construit et reconstruit Sébastopol et l'ont courageusement défendue durant plusieurs guerres.
Il est vrai aussi que les nazis urkrainiens ont été odieux, mais les staliniens l'ont été tout autant. Voire davantage, en terme de nombre de victimes affamées. Même les trotskistes de l'Armée Rouge ont le sang de milliers d'anarchistes ukrainiens sur les mains. Tous (sauf probablement Trotski), mais clairement les anarchistes de Mackno inclus se sont aussi joyeusement livrés à des pogroms pour éliminer les composantes juives et/ou tatares de la région.
Sur le plan de l'anecdote historique, on peut aussi relever qu'une part importante des troupes autrichiennes qui ont libéré, puis occupé Genève durant 6 mois en 1814 sous la conduite du Général Bubna étaient originaires d'Ukraine occidentale (la Galicie), alors sous la coupe autrichienne. Logés chez l'habitant, et peu habitués au luxe - même calviniste - d'une ville prospère comme Genève, leur appétit proverbial a laissé quelques récits d'époque particulièrement savoureux.
Dans la même veine, j'ai lu des reportages russes sur les "libérateurs" de la Crimée. Qui sont présentés comme des miliciens. La présence d'éléments étrangers, russes, voire serbes, est cependant admise, mais ils sont présentés comme des militants un peu extrémistes accourus se battre pour la cause. Le pendant des fascistes de Maidan en quelque sorte. Sauf que le mystère le plus complet demeure sur leur organisation parfaite, la provenance de leurs équipements de haut niveau (capables de capturer un drône étasunien, rappelons-le) et la présence reconnue d'officiers russes du renseignement et des troupes d'assaut lors de la neutralisation des casernes et bâtiments de guerre ukrainiens.
De toute manière, Poutine n'a pas eu besoin d'aller les chercher très loin, puisqu'il avait déjà des dizaines de milliers d'hommes dans ses bases de Crimée, et 70 000 autres - l'élite des forces russes - déployés tout autour de Sotchi, à 500 km de là, qui n'avaient plus besoin d'être aussi nombreux pour les Jeux Paralympiques.

Écrit par : Philippe Souaille | 22/03/2014

«Vous devriez cesser de fumer, Pétard, cela finit par troubler vos capacités de lecture.»

D'abord je n'ai jamais fumé de "pétards" de ma vie... c'est probablement mon côté facho. Puisque je me suis battu - entre autres - CONTRE la libéralisation du cannabis. Là c'est très mal n'est-ce pas ? J'observe que les ravagés au THC, et à l'abus de "sirop" c'est pas ce qui manque sur ces blogs. Mais je m'en fout c'est leur problème.

Je veux bien être traité de "conservateur anti-européen" et d'"anti-impérialiste américain", ce qui ne fait pas de moi de facto un admirateur de Poutine.

En revanche, lorsqu'il s'agit de savoir qui a commencé maintenant (on parle de l'histoire récente 2013-2014, pas des Tsars mi de Staline); désolé, Poutine n'y est pour rien, même si avez de bonnes raisons de le détester.

Essayez de visionner en replay "ce soir ou jamais" du 21.03.14; Emmanuel Todd a été très clair et très explicite... P't'être que pour vous Todd est également un sale facho...

Écrit par : petard | 22/03/2014

Monsieur Souaille,

Il ne s'agit pas forcément de soutenir Poutine, mais quand on entend les président-e-s occidentaux faire de la surenchère dans les promesses de sanctions envers la Russie, on se dit que l'intervention militaire atlantiste n'est pas loin. Un coup de force qui en suit un autre, est-ce une raison valable pour faire plonger des millions de gens, voire le globe, dans un nouvel enfer de la guerre ?

La pauvreté dans laquelle vivent une majorité d'Ukrainiens ne peut pas servir de prétexte à cet égard.

Une petite vidéo sur l'évolution des frontières européennes ces 1000 dernières années:

http://www.youtube.com/watch?v=u8tUHR04xWw

Écrit par : Fufus | 22/03/2014

"La pauvreté dans laquelle vivent une majorité d'Ukrainiens ne peut pas servir de prétexte à cet égard." Peut-être due à l'état de corruption de tous leurs dirigeants, la belle Iulia y comprise.
Ce jeu de crier au fascisme dès que qqn n'est pas d'accord avec vous est fortement déplaisant. Ce pays pue la guerre civile, avec tous ces beaux intellectuels qui se réjouissent des sanctions européennes contre la Suisse...

Fufus a raison de parler de guerre. Une démonstration a posteriori pourrait bien être le recul de Obama sur les bombardements de la Syrie pour punir Bachar el Assad, allié de Moscou et de Téhéran.
Je parierais que le scénario suivant s'est déroulé. Il y a des navires de guerre russes à Lattaquié. Trois navires de guerre américains armés de Tomahawk. Et la France, aucune idée de ce qu'elle avait mis en jeu.
Poutine a simplement déclaré à son grand ami Obama que si les navires américains envoyaient ses missiles Tomahawk sur la Syrie, ses navires tireraient sur les navires américains. Et que si L'Amérique répliquait, la Russie le ferait aussi avec ce que cela impliquait de pire. "La Russie est le seul pays au monde capable de transformer les USA en cendres radioactives", a dit récemment le grand ami de Poutine, son idéologue préfèré. Ce n'est sûrement pas un hasard.

Le pire n'est jamais sûr. Mais croire qu'on peut baiser les Russes comme cela se fait depuis 20 ans est une grave erreur.

Écrit par : Géo | 22/03/2014

Vous savez Petard, cela fait quinze ans que Todd raconte principalement des bêtises, obsédé qu'il est par sa détestation de l'UE... Je n'ai pas vu l'émission dont vous parlez, qui n'est pas en ligne, une bêtise de plus ne m'étonnerait guère. En l'occurrence, prétendre que Poutine n'y est pour rien est tout de même extrêmement gonflé !
Il y a 4 ans, Ianoukovich a été élu démocratiquement, par une majorité de russophones (l'Ouest ukrainophone ayant voté massivement pour son adversaire) avec pour programme principal le rapprochement avec l'UE. A noter que son adversaire, battu d'assez peu, partageait le même programme sur ce point, ce qui prouve que c'est bien un vrai désir des ukrainiens.
Poutine que cela fait enrager, a fait des pieds et des mains depuis 4 ans pour que cela ne se produise pas. Il a fait pression de toutes les manières, maniant la carotte et le bâton, pour faire comprendre à Ianoukovich que la place de l'Ukraine était sous le parapluie russe et pas ailleurs. Poutine a joué sur les droits de douane des exportations ukrainiennes vers la Russie (premier débouché de l'Ukraine), sur les prix du gaz livré à l'Ukraine et finalement obtenu ce qu'il voulait: Acculé financièrement,Ianoukovich a dit Niet à Bruxelles et oui à Poutine, en échange d'une promesse d'avance de 15 milliards
C'est ce qui a déclenché la révolution, pas autre chose. Et Poutine en est le premier responsable. Après tout si ses intentions sont pacifiques, qu'est-ce que cela peut bien lui faire que l'Ukraine comme la Pologne ou la Hongrie rentre dans l'UE ou même dans l'OTAN ? En quoi est-ce que cela influe négativement sur la vie des Russes?
On n'est plus à l'époque des missiles de Cuba, tout de même et le monde entier serait ravi de voir la Russie prendre sa place normalement et pacifiquement dans le concert des Nations. La place d'un pays moyen de 145 millions d'habitants, un peu plus que le Japon mais nettement moins que le Pakistan ou le Brésil.
Mais j'ai cru comprendre que Poutine n'avait jamais admis que la Russie n'était plus l'URSS, ne serait plus jamais la deuxième puissance militaire mondiale, le contrepoint à la toute puissance américaine. La Russie pourrait intégrer une grande alliance eurasienne avec l'UE. Elle y aurait toute sa place, Moscou discuterait d'égal à égal avec Paris, Berlin ou Londres. Mais Moscou n'est plus l'un des maîtres du monde, et tant que Poutine refusera de l'admettre, nous aurons tous un problème.

Écrit par : Philippe Souaille | 22/03/2014

Fufus, vous vous trompez je pense.
Les chefs d'Etats occidentaux n'ont aucune envie de se lancer dans une guerre qui serait plus périlleuse que tout ce que l'on a pu voir depuis 1945... Je suis intimement persuadé que si Poutine se contente de la Crimée, tout le monde en restera là. Parce qu'effectivement, jusque là, on reste dans le plausible et dans la réaction naturelle, quoiqu'un peu excessive, à ce qui a pu être ressenti comme une provocation.
Mais si Poutine continue, alors il devra y avoir des conséquences. Parce que jouer avec les frontières, même quand on est pour l'autodétermination des peuples, c'est un jeu dangereux. A moins d'admettre un parapluie supérieur de type européen, qui permette à chaque région autonome de vivre sa vie sans empiéter sur les plates-bandes du voisin.

Écrit par : Philippe Souaille | 22/03/2014

"Je suis intimement persuadé que si Poutine se contente de la Crimée, tout le monde en restera là."
Complétement d'accord. A mon avis, c'était l'objectif de Poutine...et cela signifie "niet" à une base OTAN à Sébastopol.
La question qui se pose pour nous, c'est l'attitude irresponsable des Américains. Qui ont fourni des armes aux pires extrémistes islamistes en bosnie, qui ont magouillé à l'extrême au Kosovo, etc...
Alors quid de l'Europe face à ces manoeuvres qui nous mettent en péril, nous tous ?

Écrit par : Géo | 22/03/2014

Géo, la corruption et les détournements gigantesques par des bandes maffieuses d'oligarques sont endémiques en Ukraine, exactement comme en Russie, et c'est la conséquence première du système Poutine, basé sur le racket des produits du gaz. Ioulia Timochenko n'a pas échappé à la règle. A noter qu'elle même est russophone d'origine et que tous les oligarques ukrainiens ont eu des rapports étroits et complexes avec la Russie de Poutine. Y compris Viktor Iouchtchenko qui fut président et eut successivement Ianoukovich puis Timochenko comme premier ministre ! Qu'avait-il fait ou menacer de faire, pour manquer se faire tuer par ce qui semble être un empoisonnement à la dioxine qui l'a laissé défiguré ? Apparemment, il voulait simplement se rapprocher de Bruxelles, pour échapper à la mainmise de Moscou. Est-ce un crime ?

En fait, vous confirmez ce que j'écris ci-dessus. Poutine n'a pas admis la défaite de l'URSS et rêve de retrouver le rang perdu. Rang un peu usurpé, basé sur une militarisation exacerbée de son pays et la surexploitation éhontée des territoires voisins qui en gardent tous de très forts souvenirs. D'où leurs pressions aujourd'hui sur leurs partenaires de Bruxelles et Washington pou obtenir davantage de fermeté.
Alors oui, la Russie conserve des armes nucléaires en grande quantité.
L'idée de s'en servir serait l'idée d'un fou. Poutine l'est-il à ce point ? Les Russes sont-ils prêts à le suivre sur ce terrain sans vraie raison ? Parce que tout de même, hors de la trivialité du propos, qu'est-ce que l'on a fait de si grave aux Russes depuis 20 ans ?
Les peuples qui sont sortis du Pacte de Varsovie et de l'ex-URSS l'ont fait parce qu'ils voulaient le faire. Personne ne les a forcés et ils auraient pu choisir la Russie. Les Russes sont membres permanent du Conseil de Sécurité de l'ONU avec droit de veto, ils ont intégré le G8, l'OMC, circulent et investissent librement dans le monde, leur pays n'a jamais été occupé militairement, alors quoi ?
Leurs problèmes ne viendraient-ils pas un peu de leurs dirigeants eux-mêmes, qui flinguent leurs opposants, les jettent en prison, favorisent les copains milliardaires et oublient de développer le pays pour claquer des milliards dans des opérations de prestige ?
Alors oui, ils ont la bombe atomique. Cela doit-il être une raison de leur laisser faire la pluie et le beau temps ? Ou a-t-on le droit de chercher des solutions alternatives ?

Écrit par : Philippe Souaille | 22/03/2014

"Ou a-t-on le droit de chercher des solutions alternatives ?" Poutine est le fruit de ce qui s'est passé après la chute du Mur en 1989. J'imaginais un immense effort pour aider l'URSS à rentrer dans l'économie mondiale. Il y a eu des efforts d'aide et de coopération de la part de l'Europe. Une de mes rencontrer d'Afrique (Burkina), un Français qui coordonnait le 7ème FED là-bas, est devenu chef de 26 projets à Tiumen, Sibérie. Dont l'un consistait à transformer une usine de chars d'assaut en usine de tracteurs...
Cela, associé à l'approche irréaliste soviétique (des fermes d'une taille hallucinante où le plan prévoyait la production de un million (UN MILLION) d'oeufs par jour (PAR JOUR) n'a rien donné d'intéressant. On se souvient de Boris Eltsine bourré provoquant l'hilarité de Clinton. A partir de là, les Américains ont tout fait pour dépecer à leur profit l'URSS. Le Kosovo est partie de cette stratégie. Je ne suis pas pro-russe mais pas pro-maéricain non plus. Alors reste ma question : Quid de l'Europe face à ces manoeuvres qui nous mettent en péril, nous tous ? L'attitude de la France est toute fausse. Heureusement qu'il n'y a pas qu'eux pour diriger l'Empire...

Écrit par : Géo | 22/03/2014

En même temps le Kossovo faisait partie de l'ex-Yougoslavie et Tito n'avait eu besoin de pesonne pour se fâcher avec les Soviétiques.
Votre problème, Géo, c'est que vous vous obstinez à voir le monde avec les lunettes bipolaires de la Guerre Froide. La mondialisation c'est autre chose. Les Etats-Unis ont sans doute cru qu'elle allait se faire à leur profit, mais ils se sont trompés. Les autoroutes de la mondialisation profitent d'abord aux pays émergeants et c'est très bien ainsi.
L'URSS n'a pas été dépecée au profit des Etats-Unis, elle a été dépecée. Point. Parce qu'elle ne s'était pas construite par le désir d'assemblage de ses peuples, contrairement à l'Europe, mais par la guerre et la conquête. Les Etats-Unis aussi, notez, sauf que les peuples conquis alors n'étaient pas industrialisés du tout et ont été exterminés.
Aujourd'hui, le problème de l'URSS c'est qu'elle ne se développe pas vraiment. En tout cas pas assez. Elle vit de sa rente pétrolière, excatement comme le Venezuela de Chavez et Maduro. Mais ce n'est pas de la faute des Etats-Unis ou de l'UE. C'est de la faute de ses dirigeants.

Écrit par : Philippe Souaille | 22/03/2014

Le point de vue de l'ancien chef du renseignement ukrainien, également ancien colonel du KGB. Comme Poutine...

http://www.lepoint.fr/monde/ukraine-nous-sommes-au-bord-de-la-troisieme-guerre-mondiale-22-03-2014-1804055_24.php

Écrit par : Philippe Souaille | 22/03/2014

Bien curieux, son point de vue. Il considère presque la guerre Ukraine-Russie comme une guerre civile, ce qui n'est pas tout faux. Mais cela ne se passera pas...
Alors pourquoi guerre mondiale ? Sur la Syrie, avec l'Iran et la chine en arrière-plan, oui, il y aun risque et à mon avis, il a été abordé et a provoqué le revirement spectaculaire de Obama.
Mais le cas échéant, le monde va regarder un affrontement entre frères amis/ennemis sans bouger.

Écrit par : Géo | 23/03/2014

La Chine ne soutiendra pas Moscou sur la Crimée. Parce que certes, elle aimerait bien faire pareil avec Taïwan (encore que ce n'est pas demain la veille que les Formosans voteront à 96,7% pour le rattachement à l'Empire du Milieu) mais elle n'aimerait pas du tout qu'on lui enlève le Tibet ou les provinces Ouïghoursês par référendum...
L'Iran non plus n'est pas très chaud. Les Russes soutiennent les Alaouites, donc les shiites en Syrie, mais tout le monde sait que c'est juste pour préserver leur base en Méditerrannée. Pas sûr que l'Iran ait envie du cadeau empoisonné des Russes qui suggèrent de lui offrir des têtes nucléaires. Parce que cela signifie la quasi assurance de se prendre une (ou plusieurs) bombe israélienne sur le coin de la figure.
C'est d'ailleurs à cela que va servir la rencontre de la Haye qui commence lundi: empêcher l'escalade nucléaire.
A noter qu'entre les lignes, l'annonce de la saisie des avoirs du copain de Poutine dans Gunvor est arrivée juste à temps pour lui permettre de vendre ses parts à son partenaire historique. Sachant que Washington considère que Poutine en est le propriétaire réel, cela ressemble furieusement à une démonstration de force, du genre regardez ce qu'on peut faire si on veut... Parce qu'attaquer Poutine et ses potes sur le terrain de la finance en leur confisquant leurs avoirs colossaux, cela ferait vraiment mal à toute la clique.
Les Ukrainiens mènent d'ailleurs le même jeu en chiffrant en centaines de milliards les biens nationaux saisis par les Russes en Crimée. Une manière comme une autre de chiffre le préjudice au civil et de préparer un contre-feu à l'ardoise de 15 milliards que les Russes ont présenté pour le gaz.
Pour une fois le peuple pourrait bien s'estimer heureux que l'on en reste à des histoires de gros sous :-)

Écrit par : Philippe Souaille | 23/03/2014

"(..)Tous (sauf probablement Trotski), mais clairement les anarchistes de Mackno inclus se sont aussi joyeusement livrés à des pogroms pour éliminer les composantes juives et/ou tatares de la région."
Ah booon? "Joyeusement"... Vous avez des faits? des lieux?
Le "joyeusement" laisse penser qu'ils étaient nombreux... Il y a eu des actes antisémites pendant la période makhnoviste, reste à savoir deux choses:
Un, étaient -ils approuvés par les "mahknovistes" de la "maknovtchina"? Non! Mais pouvaient-ils être partout?
Ces "Pogroms" se déroulaient-ils impunément? Mahkno faisait fusiller ceux qui tuaient des juifs, il a fait pendre un de ses amis qui avait suspendu une banderole antisémite lors de la visite de ce brave Léon...
Pour le Trio infernal

Écrit par : Doug Destroy | 25/03/2014

Ah, et au fait, nous passions par ici, pour avoir un suivit de la démocratie européenne si vanté, droit d'initiative si large, etc. que vous aviez cité -et les médias aussi-, (seul exemple d'ailleurs de cette démocratie populaire qu'est l'UE) le dépôt et la présentation en commission d'une certaine concernant l'eau... Qu'en est-il au niveau résultat? Vivendi à gagné? Ou miiiiraaaacle européen, le vin s'est-il changé en eau potable garantie inaliénable pour tous?
Trio-octet infernal
Watchmen members:

Écrit par : Doug Destroy | 25/03/2014

Merci de votre intervention, Doug. Mahkno lors de son exil parisien s'est exprimé à plusieurs reprises sur cette question et s'est toujours défendu de tout acte antisémite, tout en reconnaissant implicitement qu'il y en avait eu de commis parmi ses troupes. Ce que confirment vos propos.
A noter tout de même que pour un anarchiste, ses méthodes étaient tout de même assez radicales. On ne peut en faire évidemment grief à Mahkno, qui a du composer avec le fonds raciste des populations rurales. Fonds alimenté par le fait que depuis au moins 2000 ans - et probablement davantage - les populations khazares (turcs judéisés), roms, grecques, varègues/rus, slaves, tatares et autres se rançonnent, pillent et se réduisent en esclavage parmi dans toute l'Ukraine et la Crimée.
Ce qui explique aussi la complexité de la situation actuelle et l'urgence d'un développement à la fois économique et politique de la région, qui ne peut pas se construire durablement sur des bases ethnicistes, un seul peuple commandant aux autres. Mais Rome ne s'est pas faite en un jour, ni la Suisse, ni l'Europe bien sûr ce qui m'amène à votre deuxième question: l'Initiative Européenne sur l'eau.
Comme vous le savez c'est la première initiative européenne a avoir abouti, et comme je l'avais annoncé et comme le prévoit la loi, elle a contraint le parlement européen à débattre de la question de la privatisation de l'eau. Qui est un problème complexe et surtout politique. Le parlement a décidé de ne pas changer grand chose et n'a pas suivi l'Initiative sur ses principales revendications.
La démocratie ne veut pas dire qu'on gagne à tous les coups. Idéalement on pourrait vouloir que ce type aboutisse à un oui/non tranché par le peuple - avec les risques de simplifcation abusive que cela comporte - mais pour l'instant cela aboutit à un débat parlementaire. Devant un parlement élu à la proportionnelle au suffrage universel. C'est donc déjà passablement démocratique et c'est un début.

Écrit par : Philippe Souaille | 26/03/2014

J'en profite pour répondre aussi à l'ami John, qui nous détaille ses états d'âme sur les questions - fondamentales - de la construction européenne et de la gouvernance mondiale. Il base tout son discours, comme tous les nationalistes anti-européens, sur le fait que la nation protègerait l'individu et serait un échelon juste, plus proche des gens qu'un gouvernement du monde.

Il oublie juste un truc, personne ne veut d'un gouvernement mondial avec rien entre lui et le citoyen ou la commune. Bien au contraire, il est toujours question de ne déléguer aux échelons continentaux et mondiaux que la gestion des rares points qui nécessitent une coordination continentale ou mondiale. Mais qui sont vitaux. Tout le reste doit au contraire revenir au plus près des gens, dans un mouvement de décentralisation et de régionalisation accentué.
C'est ainsi et ainsi seulement que la gouvernance mondiale - dont on voit mal comment on pourrait faire l'économie - pourra améliorer vraiment la gestion des affaires de la planète et le quotidien de chacun.

Écrit par : Philippe Souaille | 26/03/2014

Bonjour Philippe Souaille, Merci de vos réponses. Radicales les méthodes de Mahkno le furent dès son plus jeune âge, puisqu'à environ 16 ans Nestor M. tua un propriétaire terrien qui incitait au pogroms pour distraire le peuple de ses abus, et fut condamné à mort...

On trouve sur le net -plus si net, mais le fût-il? Futile!- tous les textes et manifestes de l'époque, qui démontre que ce mouvement connaît ses contradictions.
Un des textes souligne par exemple la bizzarerie d'une armée anarchistes - la Mahknovtchina- mais fixe comme but à celle-ci sa dissolution dans la victoire. A partir de là...C'est la guerre et comme dit le rb "Krieg ist krieg unt...etc.
Les makhnovistes ne peuvent être partout et tout contôler surtout s'ils se battent sur deux fronts -blancs et rouge-. Une telle situation impose parfois des méthodes de justice expéditive... Qui sont d'ailleurs présentes dans tous les conflits.

Samuel Fuller, raconte comment pendant la guerre de Corée, un officier abat d'une balle dans la tête un G.I qui a commis des exactions contre des civils. Lors du massacre de My-lay, un commandant d'escadrille d’hélicoptère chargé de ramasser la section de William Calley, se rendant compte de ce qui se passe donne les instructions suivantes:
"Encore un coup de feu est ce sont nos troupes qui deviennent l'ennemi!"

Digression, certes mais pas inutile je crois.

Pour le T-O-I

Ps: au sujet de "l'initiative" et de l'UE, pourquoi diable n'y a-t-il rien d'étonnant? Peuple ou pas d'ailleurs... ;-)

Écrit par : Doug Destroy | 27/03/2014

Les commentaires sont fermés.