06/04/2014

"Papa" le surnom de Poutine, nouveau Petit Père des Peuples...

Réponse du berger à la bergère, les Ukrainiens ont entamé une procédure judiciaire après les tirs meurtriers de Maïdan. Ils incriminent les forces spéciales de Iakounovich et le FSB russe. Ce que les Russes évidemment démentent. Lire ici 
Qui croire ?
Pour ma part, j'ai un indice, fruit de mes échanges avec mes amis russes. Qui m'expliquent que Poutine a déclaré récemment que le stalinisme était le fruit d'une nécessité historique. Ce qui s'ajoute à sa vision du démembrement de l'URSS, vécu par lui comme un échec personnel.
Aussi, les opposants à sa politique, en particulier ceux qui ne sont pas d'accord avec l'annexion de la Crimée,  sont qualifiés de "traîtres à la Patrie" et régulièrement agressés dans les rues et tabassés par les jeunes nervis croyants orthodoxes qui sont le fer de lance de CCCP 2.0, le mouvement qui réunit les adorateurs de Poutine et du patriarche Cyrille, le chef de l'église russe. Lui-même ancien du KGB (comme Poutine) me disent mes amis russes, mais aussi inculpé jadis dans des affaires d'escroquerie...
Aujourd'hui, la majorité des Russes surnomment Poutine "Papa", tant il a su étendre son image de protecteur de la nation. Tout comme le Petit Père des Peuples, Josip Staline en personne.
Même à Sotchi, les années 50 étaient présentées comme une sorte d'âge d'or, négligeant discrètement les 20 millions de morts du Goulag et les carences gravissimes du système de distribution soviétique.
Un ami francophile me disait avoir été frappé l'autre jour, en découvrant la série sur la montée de Hitler, sur la quantité de parallèles entre les deux situations. Que c'en était effrayant. Il y a pourtant une différence essentielle: l'Allemagne de Hitler était un pays hautement industriel, doté des meilleures infrastructures de l'époque, à la pointe de la technologie, mais presque entièrement dépourvu de ressources naturelles, en dehors du charbon.
La Russie de Poutine, c'est l'inverse: un pays de gens certes fort bien éduqués, mais dont les infrastructures sont encore à l'abandon dès qu'on s'éloigne de Moscou ou du village olympique de Sotchi, dont la production industrielle et la technologie ne sont en pointe dans aucun domaine - sauf peut-être les virus informatiques - et dont la seule richesse sont les ressources naturelles, ce qui quelque part, est un piège mortel, car une forme d'oreiller de paresse. 
L'Allemagne avait intérêt, dans le contexte de l'époque, à tenter de s'agrandir pour assurer ses approvisionnements. Même si c'était suicidaire à long terme militairement. La Russie n'a aucun intérêt à s'agrandir et à guerroyer, mais tout au contraire à poursuivre son développement intérieur grâce aux ressources que lui procurent gaz et pétrole. Sauf que militairement, elle possède un énorme atout, qui est l'arme nucléaire. Une illusion mortelle de puissance, un jouet dangereux entre les mains du nouveau Tsar...

Commentaires

Assez d'accord avec votre article, je confirme avoir regardé les chaines "histoire" et "Planètes de canal Sat retraçant les méthodes de Hitler sur les annexions des pays concernés à l'époque. C'est très frappant de constater les similitudes dans la façon de faire du point vue militaire, mais aussi de la propagande.

Le mensonge de Poutine pour rétablir l'ancien empire est évident, il est appuyé par les intégristes Orthodoxes et les ex monarques, à moins qu'il ne soit mal renseigné de ce qui se passe dans ses propres troupes?

Nous sommes tous concernés sur l'annexion de la Crimée et les méthodes employées. La guerre en Ukraine se prépare, la paix du monde peut s'en trouver menacée. La Moldavie est en alerte, les autres suivront. Les musulmans sont d'accord avec la position Russe d'annexer la Crimée.....http://french.ruvr.ru/2014_04_07/Les-pays-musulmans-disent-La-Russie-est-un-pays-fort-0982/

Merci de me publier, si vous ne le faites pas,"bon tant pis"

Écrit par : Pierre NOËL | 08/04/2014

La voix de la Russie, comme son nom l'indique, c'est la voix de la propagande officielle et donc celle de Poutine. A déguster avec de très longues baguettes...
Les Pays arabes et Musulmans, Bachar mis à part, sont très loin d'être convaincus par la vision russe du monde et d'ailleurs ont condamné la Russie à l'ONU ou se sont abstenu. ça c'est la vraie vérité.
Idem des Tatars, qui loin d'être heureux du rattachement de la Crimée
1) se sont abstenus massivement
2) ont tout aussi massivement annoncé leur volonté de se réfugier en Ukraine.

Sinon, on commence à en savoir davantage sur les conditions du référendum. Il semble qu'il y ait eu quelques ratés dans le bourrage des urnes. A Simféropol, la capitale historique, le taux de participation aurait atteint 123%... Même sous Staline, on n'avait jamais dépassé les 99% :-))

Écrit par : Philippe Souaille | 08/04/2014

Les commentaires sont fermés.