07/05/2014

De Katyn à Khatyn, les gros mensonges de la propagande du Kremlin

Les militants pro-russes qui volent en escadrille dans les blogs occidentaux semblent être passés en phase délirante. 

Chauffés à blanc par des photos de corps carbonisés et/ou asphyxiés, ils accusent les pro-ukrainiens d'avoir torturé des femmes et des enfants dans les sous-sols de la maison des syndicats. Alors qu'au même moment, elle servait de siège et de point de ralliement aux militants pro-russes, parmi lesquels la présence d'éléments provocateurs venus de Russie est aujourd'hui avérée. 

Les vidéos tournées sur place montrent clairement les combats entre pro-ukrainiens à l'extérieur du bâtiment et pro-russes à l'intérieur, mais peu importe, quand on a la foi... Cela permet aux blogueurs de Putin de rappeler le massacre de Khatyn, village biélorusse dont les 160 habitants furent brûlés par des SS allemands aidés d'un régiment de police militaire de la Wermacht comportant de nombreux ukrainiens. Ce en représailles après l'exécution de quatre de leurs officiers par des partisans.

Au delà du drame et de la bêtise qu'il peut y avoir à identifier des gentils et des méchants dans une bagarre de rues qui a dégénéré en accident meurtrier, la référence est éclairante, parce que le massacre de Khatyn est une construction médiatique du KGB des années Brejnev. Celui-là même dans lequel Poutine était un jeune officier prometteur...

Il y eut en effet plusieurs dizaines de villages biélorusses martyrs en 43, lorsque les choses commencèrent à mal tourner à l'est pour la Wermacht, grâce notamment au soulèvement des partisans russes, mais surtout biélorusses et ukrainiens. Oui, ukrainiens, l'Ukraine étant la région d'Europe où l'Allemagne nazie fit le plus de victimes. 

Il n'y avait cependant qu'un seul village qui s'appelait Khatyn, presque homonyme d'un autre massacre, celui de Katyn, commis en Pologne en 39, par le NKVD de Beria, l'ancêtre du KGB. A l'époque où Hitler et Staline s'étaient alliés pour se partager la pauvre Pologne, plus de 25 000 officiers, étudiants et médecins polonais prisonniers de guerre furent exécutés d'une balle dans la tête et jetés dans des fosses communes. Dont certaines en Ukraine, qui avaient déjà servi lors de l'exécution de dizaines de milliers d'Ukrainiens par le NKVD de Beria. 

Dans les années 80, alors que Solidarnosc et l'animosité des Polonais à l'égard du régime soviétique montait en puissance, l'évocation de Katyn devenait carrément gênante pour le Kremlin, qui tentait de prétendre, les fosses ayant été retrouvées, que les auteurs du massacre étaient nazis. Devant les preuves accablantes du contraire, le KGB décida d'organiser un contre-feu. Ce n'est donc pas par hasard si le pauvre village de Khatyn fut choisi à ce moment là pour devenir le symbole de l'horreur nazie. 

43 ans plus tard, en 86, l'officier ukrainien de police militaire qui avait participé au massacre est jugé et condamné à mort et un monument est érigé sur les lieux. L'idée était de créer la confusion dans l'esprit des gens, qui au moins dans l'empire soviétique allait désormais confondre Katyn, massacre soviétique avec Khatyn, massacre nazi...

C'est seulement en 1990, sous Gorbachev et après la chute du Mur que le Kremlin reconnut la responsabilité soviétique dans le massacre. C'est ainsi qu'on réécrivait l'Histoire au pays de Staline. Celui-là même dont le garde du corps et le goûteur attitré était le grand-père de Putin... 

Commentaires

Katyn se trouve en Russie à 20 km de ville Smolensk. Le massacre a eu lieu en 1940. Il a été decouvert en 1943.
Bonne journée,
amb

Écrit par : amb | 07/05/2014

Vous avez parfaitement raison, Amb, merci. Les officiers polonais ont été fait prisonniers en 39, mais exécutés en 40 et Katyn, où ils furent déportés et exécutés était déjà en Russie à l'époque, bien que les frontières de toute la région ont été particulièrement fluctuantes. La plus grande partie de la Biélorussie était en effet polonaise jusqu'en 39...
Pour ce qui est de la date de sa découverte, je ne l'ai pas mentionné, car c'est un sujet en soi. Pendant toute la guerre, ce fut en effet un sujet de polémique violente des propagandes nazies et soviétiques, chacun en rejetant la responsabilité sur l'autre et Roosevelt lui-même ayant décidé d'appuyer la thèse soviétique !
C'est seulement avec la guerre froide que la vérité put s'exposer au grand jour, dans un but de propagande là encore :-(

Écrit par : Philippe Souaille | 07/05/2014

Les commentaires sont fermés.