27/11/2015

Circulation : Un bon accord, mais…

Il y a quinze ans, quand je publiais la revue du TCS, j’avais très vite été convaincu de la nécessité d’organiser un grand pow wow réunissant toutes les parties pour convenir d’un plan permettant d’améliorer le problème des transports à Genève. Quinze ans plus tard, on y est et le plan proposé est un bon plan. Assurer la mise en place de deux rocades concentriques où la circulation motorisée sera prioritaire est une bonne chose. Offrir la priorité aux transports publics en centre ville aussi. Faire payer les deux roues motorisés me semble inutile, mais s’il ne s’agit que d’une vignette à 20 francs par an, ce n’est pas la mer à boire. Après tout, ils occupent aussi de l’espace public, même si c’est bien moins qu’une auto et guère plus qu’un vélo.

Le problème, c’est que la Traversée autoroutière n’y figure pas vraiment. Or elle est absolument indispensable à l’amélioration de la fluidité autant qu’à la lutte contre la pollution au centre ville. Les véhicules devant se rendre d’une rive à l’autre ne doivent pas avoir à faire une cinquantaine de kilomètres de détour, pour un trajet de 5, 10 ou même 50 km à vol d’oiseau, s’ils veulent éviter de venir polluer le centre ville. La Traversée est tout aussi nécessaire pour permettre la pacification des quais des Eaux-vives et des Paquis…

C’est d’ailleurs à ce sujet que la Traversée est mentionnée, en ricochet… La formulation retenue lie la pacification des quais à la construction de la Traversée. C’est une excellente chose. Mais elle n’inscrit pas expressément cette construction dans la loi. Ce qui serait d’ailleurs idiot, puisqu’on va voter sur le sujet en 2016. Or la formulation retenue n’engage pas vraiment les opposants à la Traversée, qui peuvent fort bien changer d’avis après coup. Ce ne serait certainement pas la première fois. A l’époque par exemple, il avait été exprimé que si la droite soutenait le CEVA, la gauche admettrait la Traversée… On a vu ce qu’il en a été.

Il est clair qu’on ne va pas attendre 2030 et l’inauguration de la Traversée pour faire ce qu’il faut pour améliorer les conditions de transports dans le canton là où c’est possible. Par contre, on n’est plus à quelques mois près... Je serais à la place des députés, j’essaierai de lier davantage l’acceptation et la mise en place de ce compromis, dans sa globalité, aux résultats de la votation sur la Traversée. L’attitude des partis qui pourraient y être opposés sera primordiale. S’ils sont vent debout et font tout ce qu’ils peuvent pour torpiller le projet, cela démontrera leur mauvaise foi dans la formulation du compromis.
Si par contre quelques grandes voix à gauche et même chez les verts reconnaissent l’utilité d’une telle traversée – David Hiler en son temps l’avait fait - alors tout est possible. Sachant que cette traversée permettra d’améliorer la qualité de vie et de diminuer la pollution au centre-ville, tout en permettant le passage d’un axe de transport public fort, le deal serait honorable, non ?  reste à savoir si les verts et l'extrême gauche, sur ce coup, sont raisonnables ou arc-boutés sur leur refus conservateur.
Rappelons au passage que même si le pétrole disparaissait dans les années à venir, il y aurait toujours des véhicules alimentés par des panneaux solaires ou autres, qui auront toujours besoin de se déplacer... 

Les commentaires sont fermés.