14/11/2016

Servir la soupe aux dictateurs

Magnifique manipulation du camarade Mettan dans ces pages. D'abord il reprend à son compte la thèse très controversée d'un professeur d'histoire de Harvard, spécialiste du XVIIème siècle, qui a commis un ouvrage sur les origines de la russophobie en Grande-Bretagne dans l'immédiat après-guerre.

En clair, selon cet intellectuel que le Kremlin adore, les démocraties mentent, parce qu'elles y sont contraintes pour obtenir la majorité dans la conduite de leurs actions, de leurs guerres en particulier. Tandis que les dictatures n'en ont pas besoin.

Il écrit ça au début de la guerre froide, au moment où "les 5 de Cambridge" universitaires britanniques d'excellente famille - qu'il connaît apparemment - s'avèrent être des agents soviétiques infiltrés au plus haut niveau du renseignement britannique. Kim Philby affichant même un anticommunisme tellement marqué qu'il est nommé à la tête de la section "URSS" du MI6. Avant de faire défection et de se réfugier à Moscou. Entretemps, il a couvert les espions soviétiques qui ont livré les secrets de la bombe atomique à Moscou et fait exécuter, pendant des années, des dizaines d'agents occidentaux infiltrés en URSS, en Albanie ou ailleurs, dont il communiquait les noms au KGB avant même leur arrivée... 

Chacun aura donc l'appréciation qui convient sur le sens des mots mensonge et tromperie.

Ceci corrobore l'étonnante constante des thèses complotistes actuelles, amplifiée par la propagande officielle des médias russes... L'amicale occidentale des camarades et adorateurs du Kremlin n'est pas en reste. Selon ce club des fans de despotes milliardaires, seule la CIA et les services occidentaux agissent dans l'ombre et se livrent aux pires exactions. 
Bien que le budget des services russes ait décuplé depuis l'arrivée au pouvoir d'un colonel du KGB, ceux-ci se tournent les pouces et sont d'une inactivité criante, puisqu'on n'entend jamais parler d'eux dans la presse complotiste et sur Wikileaks. Bon dans la presse du Kremlin, c'est normal. Mais même les médias mainstream n'en parlent jamais... Comme ils parlent peu des méfaits des services occidentaux. Et si, concernant les médias mainstream c'était justement parce qu'ils ont des règles déontologiques qui les empêchent de raconter n'importe quoi sans preuves et recoupements, que ce soit pour nuire à Washington, Bruxelles ou Moscou ? Mais que par contre, lorsqu'ils ont du biscuit, ils ne se gênent jamais pour critiquer, y compris leur propre camp ?

Du coup, la question qui me turlupine, c'est de savoir ce que voulait dire au fond le camarade Mettan ? Puisqu'apparemment, pour lui, la Russie de Poutine ne ment pas c'est donc qu'elle est une dictature ? Nous on le savait, mais on est ravi d'apprendre que la révélation a enfin daigné nimbé ses yeux de lumière divine... 

Et surtout, quel effet ça fait de servir la soupe à une dictature ?

Les commentaires sont fermés.