19/12/2016

De quoi Alep est-il le nom ?

Il n'y a jamais qu'une seule cause à un conflit. En Syrie se sont mélangés la violence hystérique d'un pouvoir assassin, les haines claniques et religieuses, les intérêts économiques des puissances et de leurs relais locaux, l'espoir déçu de démocratie d'une génération rebelle de jeunes intellectuels... Mais tout ça, c'est fini, l'ordre va régner à nouveau en Syrie. L'Ordre russe. Et je crains que ce ne soit une une bonne nouvelle ni pour la Syrie, ni pour l'Europe.
 
1) Un accord sur le prix du pétrole a été trouvé à l'OPEP entre les Iraniens et les Saoudiens et entre l'OPEP et les Russes. Le cours du baril va remonter et tout ce petit monde va cesser de se livrer une guerre des prix ruineuse.
2) Un accord sur le gaz a été trouvé entre le Qatar et la Russie, concrétisé par une participation de plus de 11 milliards de $ du Qatar dans Rosneft. En clair cela signifie que le Qatar ( = les Frères Musulmans) aide Moscou à surmonter sa crise financière aigüe et que le gaz du Qatar et celui d'Iran pourront tous deux transiter par la Syrie, par gazoduc, sous le contrôle de Moscou, qui possédera les clés du robinet.
 
Résultat des courses: les pétrothéocraties (Russie, Iran, Emirats, Saoudie) s'entendent enfin entre elles. C'était prévisible et je m'étais demandé ici il y a quelques mois quand cela arriverait ? Elles ont la même vision autoritaire, antidémocratique et ultra-conservatrice du monde et elles ont aussi les mêmes intérêts: vendre leur gaz au prix fort, donc enrayer la concurrence entre elles. Ce bien sûr sur le dos de l'Europe, qui va devoir payer son énergie au prix fixé par ce nouveau cartel.
 
Les Américains de l'administration Trump ne vont pas s'en mêler, car eux ont leurs propres sources d'approvisionnement avec le gaz de schiste et la remontée des prix les arrange.
 
La seule bonne nouvelle, c'est que la remontée des prix de l'énergie va nous inciter à presser le pas, allez hop, au pas de gymnastique, ou mieux au pas de course, sur le chemin de la transition énergétique. Eolien, solaire, marin, économies d'énergie, tout est bon à prendre, et vite. Dans l'intervalle, évitons de refermer trop vite nos centrales nucléaires.
 
Il va falloir aussi, très vite, renforcer les défenses européennes et pour le pacifiste que je suis, ce ne sera jamais une bonne nouvelle, mais cela devrait renforcer l'idée européenne et de ce point de vue je m'en félicite. Une UE revue et corrigée, avec moins de souverainisme et plus de régionalisme serait l'idéal, mais à ce stade, on prendra ce qu'on obtiendra...
 
L'alternative, si on ne le fait pas, sera de tomber sous la coupe de Moscou alliée aux Frères et aux mollahs. L'alliance du croissant et de la faucille... Droit direct.
Entendons-nous, comme je l'ai déjà dit, rien ne serait plus souhaitable qu'une union de l'Europe et de la Russie (rien, sauf une alliance démocratique de toutes les nations du monde... :-)  ), mais sur un pied d'égalité, fédéral, entre les nations qui composent l'actuelle Russie, dont la Moscovie, et les nations européennes. En aucun cas avec une Russie impériale imposant Moscou et son Tsar comme capitale d'un Empire russe s'étendant de Brest à Vladivostok...