19/09/2012

Lettre ouverte à un ami musulman: tu t'es planté et moi avec...

Il y a trois jours, suite aux commentaires scandalisés publiés par certains de mes amis africains sur "l'affaire Véronique Genest", j'ai publié la note ci-dessus. Dont je ne retire rien sur le fond, les informations et réflexions que je livre étant toutes justes. Sauf une, la première. Véronique Genest n'a jamais dit que  son fils avait peur des noirs, mais au contraire qu'il avait peur du noir. Comme n'importe quel gamin, même les gamins noirs. Je le sais, j'en ai élevé plusieurs... Merci à Homme Libre d'avoir effectué la petite enquête que j'aurais du effectuer moi-même - d'autant plus que c'est mon métier de vérifier mes sources, même quand c'est un ami qui le dit. Cet incident, je l'espère, fera réfléchir mon ami et collègue journaliste la prochaine fois qu'ils aura envie de démarrer au quart de tour et de monter au créneau pour défendre sa religion: méfions-nous des réactions impulsives et extrémistes. 

Voila donc ma note, telle qu'elle était. Je la laisse comme témoignage des dangers de ces réactions à chaud: 

 

En amalgamant « les noirs » à l’Islam, Mme Genest dit une bêtise de 1ère grandeur. Tout simplement parce qu’une très forte proportion de noirs –probablement plus de la moitié – ne sont pas musulmans, mais chrétiens, voire egyptolâtres ou animistes. L’ignorer, c’est ajouter l’inculture au racisme. Par ailleurs, parmi ceux qui sont musulmans, comme parmi les chrétiens, beaucoup gardent des traces d’animisme dans leurs croyances, ce qui se traduit par un islam pour le moins modéré. Les assimiler aux intégristes est une erreur stratégique fondamentale. 
Les ancêtres des musulmans africains ont été convertis de force. Moyennant tribut, l’Islam tolérait en son sein des minorités chrétiennes ou juives parce qu’elles étaient « du livre ». En revanche pour les païens, Grecs, zoroastriens ou animistes, le choix était clair et ans discussion: la conversion, la mort ou l’esclavage ! Ce qu’un certain très cher confrère et ami sénégalais ferait bien de se remémorer lorsqu’il se plaint du « terrorisme intellectuel » qui pousserait les immigrés à abandonner la religion de leurs pères… Depuis la conquête des Amériques, je ne sache pas qu’il y ait eu en occident rien d’équivalent à ce que fut la conversion à l’Islam de la Guinée ou du Sud Mali au XIXème siècle. Nous avons reconnu – moi en tout cas – les atrocités de la colonisation et de l’esclavage. Je n’ai pas entendu beaucoup de musulmans reconnaitre que l’islamisation – même violente – pouvait avoir d’autres aspects que positifs… Sur l’esclavage, oui, et encore rarement, mais jamais sur la conversion elle-même !
Lorsque Mme Genest dit qu’elle a peur de l’Islam, en revanche, il serait idiot de ne pas l’entendre. Parce que l’Islam fait peur, c’est un fait. D’abord parce qu’il ne se remet pas en cause, ne pratique pas l’autocritique. L’Islam des intégristes bien sûr, mais malheureusement, c’est celui-là que l’on entend le plus souvent, agité par quelques poignées de militants bien décidés à mettre le feu aux poudres. Au même titre qu’en face, le copte égypto-étasunien qui a produit le stupide film incriminé savait très bien ce qu’il faisait : une provocation. Son problème à lui, c’est que sa communauté copte en Egypte est égyptienne depuis toujours – bien avant la naissance de Mohammed - et n’a jamais quitté les rives du Nil, d’où elle est pourtant en train de se faire chasser lentement mais sûrement. Par des intégristes. Or l’Occident ne fait rien. Bien moins en tout cas que ce que l’on fait pour Israël dont la légitimité historique est pourtant moins indiscutable.
La manière de réagir de ce copte est grossière et du même tonneau que l’action des intégristes, mais il défend une tradition millénaire injustement pourchassée qui n’a fait de mal à personne. Jusqu’à aujourd’hui. Une tradition qui a toujours joué le jeu et accepté les règles définies par le prophète à savoir que les religions du Livre ont droit à la protection de l’Islam sur ses terres. Et non pas à être détruites et pourchassés par des fanatiques, qui ce faisant contreviennent à la parole du Prophète qu’ils disent sacrée.
Ces intégristes islamiques savent très bien ce qu’ils font, en déclenchant un tel barouf, qui a surtout permis à des millions de gens de découvrir un navet inconnu dont ils n’auraient jamais entendu parler sans eux… Ils prennent le contrepied du voyage du pape qui venait rappeler au Liban l’importance de maintenir la pluralité des croyances au Moyen Orient. Ce dont les intégristes ne veulent à aucun prix, Egypte incluse. On peut comprendre que cela fasse peur, car c’est une déclaration de guerre : laissez massacrer ou convertir de force les gens du livre en terre d’Islam, et laissez nous détourner les concepts de laïcité pour favoriser notre croissance et notre prospérité chez vous.
Je suis pour le respect et l’amitié entre les peuples, contre le racisme et la haine, mais pour que cela fonctionne, il faut des règles et de la raison. Derrière toutes les guerres, en particulier idéologiques et religieuses, il y a des fauteurs de trouble, des extrémistes qui attisent les flammes. Il devient urgent de les éteindre en remettant chacun à sa place et les extrémistes au coin. Pour faire en sorte que l’on puisse à nouveau se parler et se dire les choses franchement.
La liberté d’expression est sacrée. Mais l’insulte et la calomnie sont interdites par la loi. Ce qui est vrai à l’échelle d’un individu doit l’être également à l’égard d’une communauté ou d’une croyance. Ce qui ne signifie pas non plus que parce que l’on est une religion, on est inattaquable. Les analyses censées, historiques, vérifiables doivent pouvoir être exprimées. Même lorsqu’elles sont très critiques. L’insulte gratuite en revanche ne sert qu’à jeter de l’huile sur le feu. Il est facile d’y avoir recours. Moi-même parfois, cela m’arrive. Mais il est essentiel d’y mettre le holà, si l’on veut pouvoir continuer à causer ensemble. Et il n’y a pas d’alternative au maintien du dialogue.

ps: n'ayant pas le temps de gérer les commentaires, je les ferme.

02/02/2009

L'Anti-Prophétie

On m'a suggéré à plusieurs reprises de publier mes livres sur Internet dans mon blog. Je voulais le faire sur un site conçu exprès pour, avec un Paypal volontaire, mais je n'ai en ce moment pas les moyens de le mettre en ligne. En même temps, tous les débats politiques sérieux autour de la crise tournent autour des thèmes de l'Utopie Urgente, le premier des trois tomes publiés.

D'Angela Merkel à Patrick Odier (nouveau leader de LODH et Vice-président d'Economiesuisse) dans les pages de la TdG d'aujourd'hui , tous disent après Davos ce que je disais il y a 2 ans déjà: "Il faut qu'une instance mondiale encadre la finance mondiale avant que le système ne nous explose à la figure". Bon, ce sera après, mais si l'on ne fait rien, il y aura une nouvelle explosion, encore plus forte.

Le plus étonnant, c'est que le Forum Social de Bélem qui se terminait hier aboutit aux mêmes conclusions. Alors même que jusqu'à présent, les alters étaient braqués sur le protectionnisme national, ils réclament aujourd'hui une gouvbernance mondiale. Le seul truc, c'est qu'ils pensent que ce sont les syndicats qui doivent mener les réformes alors que Davos pense évidemment d'abord aux gouvernements et aux leaders de l'économie. Entre démocrates, on devrait parvenir à s'entendre à terme. Il est tout à fait étonnant de constater combien on a changé de part et d'autre en deux ans, et pris brutalement conscience de la nécessité d'une régulation mondiale.

Ce n'est de loin pas le seul problème que je décrivais ni la seule solution que je préconisais. Je trouve fort dommage de ne pas participer au débat et après tout, le premier but de ces livres étaient d'être lus. Le deuxième (me faire gagner de l'argent et rentabiliser les 3 années passées à leur écriture) était de toute manière un pari risqué.

Vous trouverez donc sur ce blog, ces jours prochains de larges extraits de mon bouquin

(disponible sur Internet sur le site www.payot.ch )

 

1) Traité sarcastique de savoir-vivre sans nations :

L'UTOPIE URGENTE

 

ainsi que des deux autres, déjà écrits mais non encore publiés.

 

2) Traité sarcastique de savoir-vivre sans dogmes :

L'ANTI-PROPHETIE

 

3) Traité sarcastique de savoir-vivre sans dieux :

LA MORALE LAÏQUE

 

Et peut-être même du 4ème, qui n'est pas encore terminé, entre autres parce qu'il décrit quelques expériences personnelles encore en cours, le terme de sorcières étant ici à prendre dans son acception la plus large: s'il existe de méchantes sorcières, il en existe ausssi de fort gentilles. Le fait qu'elles deviennent l'une ou l'autre dépendant souvent de nous autres pauvres hommes et de la manière dont nous les traitons, parfois par inadvertance, surcroît de confiance... ou de défiance.

 

4) Traité sarcastique de savoir-vivre avec les femmes:

BELLE ET LES SORCIÈRES

 

Et pour commencer, quelques centaines de romands ayant déjà pu bénéficier de l'Utopie Urgente in extenso, voici quelques pages en pdf de sa suite, L'Anti-Prophétie (1)

 

 

A part ça, émergeant d'un week-end de retraite neigeuse, au cours duquel j'ai bien profité de longues marches dans une réserve naturelle et d'un numéro de Science & vie passionnant sur les mondes parallèles de la physique quantique (salut Homme Libre), je découvre une avalanche de commentaires hostiles aux frontaliers ou à l'UE, quasiment tous anonymes. Sauf trois. Une sympathisante MCG qui m'en veut personnellement, un conseiller municipal UDC que je salue en dépit de nos accords sur l'UE, et Rémi Mogenet, le scribe du passé savoyard, qui estime qu'un programme de formation continue serait la solution aux problèmes de chômage des Genevois.

Cela n'est pas entièrement faux, mais la formation continue est endémique dans le système français de lutte contre le chômage, ce qui n'empêche pas la France d'avoir un taux de chômage nettement plus élevé qu'à Genève. Y compris la France voisine où il est pourtant le plus bas de France, bien que Genève absorbe une (petite) part du chômage français.

Il est toujours délicat de former quelqu'un à un job qu'il considère comme inférieur à ses qualifications et pas toujours possible de lui donner une formation supérieure.

 

J'ai décidé de ne pas publier ces commentaires unilatéraux, par ailleurs redondants. Ils tournent en rond sans rien apporter au débat. Je ne vois pas non plus l'utilité de me faire insulter ou critiquer par des alias qui n'osent pas dire leur nom. Je peux comprendre l'anonymat en certaines occasions, mais de manière générale, s'il n'est pas justifié par des arguments solides je ne publierai plus les avis anonymes sur mon blog.

Je pense par exemple à Edelweiss qui se présente (longuement) comme une chômeuse victime de méchants frontaliers, quasiment l'un des cas d'école du MCG, supermaligne et qualifiée (elle a prévu la crise et retiré à temps son argent des banques). A mon avis, si elle est bien ce qu'elle prétend être, la meilleure chose à faire pour elle serait d'écrire à visage découvert. Nul doute qu'un petit (ou gros) patron patriote ou simplement ému ne prenne son cas en considération et ne lui trouve un job.

C'est bien arrivé au lider maxi mots du MCG, pourquoi pas aussi à la piétaille ? A moins qu'au MCG, on ait la solidarité sélective ? Peut-être même que d'autres patrons (ou patronnes) d'autres obédiences auront à coeur de lui montrer qu'elle se trompe ? Le risque est pour elle à mon avis inexistant, pusiqu'elle n'a précisément rien à perdre. Et même si elle bénéficie d'un poste de retours à l'emploi grâce à l'Etat, je doute fort que les placeurs ou qui que ce soit lui en veuille le moins du monde d'essayer de se prendre en mains par tous les moyens du bord..